La pollution spatiale comme vous ne l’avez jamais vue : 60 ans résumé en 1 minute

On parle souvent de pollution de l’air, pollution de l’eau, pollution de la terre. Il ne faut pas oublier la pollution de l’espace. Une vidéo de 1 minute retrace son évolution au cours des 60 dernières années.

La pollution spatiale à proximité de la Terre est une réalité. La NASA surveille continuellement les trajectoires que plus de 20 000 débris qui orbitent autour de notre planète pour pas qu’ils endommagent la Station spatiale internationale et les satellites, ou mettent en danger le lancement d’une mission.

Cette pollution est nettement plus importante que ces 20 000 « gros » débris. Il y a aussi quelque 500 000 objets de la taille d’une bille et plusieurs millions de débris trop petits pour être suivis. Tous ces objets orbitent à 27 000 km/h autour de la Terre.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que ces débris sont l’œuvre de l’homme, que ces morceaux sont en fait des bouts de fusées, des morceaux de satellites …, des restes de ce que nous avons envoyé dans l’espace. Stuart Grey, un professeur à l’University College London, a décidé de montrer, non pas ces déchets, mais surtout l’évolution de leur nombre en 60 ans.

Pour cela, ce scientifique britannique a réalisé une visualisation retraçant le nombre de déchets autour de la Terre depuis le lancement du satellite Spoutnik en 1957, et cela jusqu’à nos jours. Cette vidéo de 1 minute qui résume 60 ans est impressionnante pour montrer comment, et surtout à quelle vitesse, on a pollué l’espace.

En complément à cette vidéo, la Royal Institution of Great Britain a mis en ligne le site « The story of space debris » (http://www.rigb.org/docs/debris/) pour expliquer l’origine de tous ces débris. Alors que des hommes vivent dans l’espace, à bord de l’ISS, cela laisse songeur au sujet de leur sécurité par rapport à tous ces débris qui encombrent l’espace.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTaylor Swift est la personnalité la plus suivie sur Instagram : 60 millions d’abonnés !
Article suivantBaisse du prix du pétrole : le budget de l’Arabie Saoudite s’enfonce dans le rouge

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here