La technologie déchiffre une Bible vieille de 1 500 ans

Découvert en 1970 au milieu de cendres, un parchemin calciné ressemble à un morceau de charbon. Grâce à la technologie, il s’avère qu’il s’agit d’une Bible.

C’est au milieu des cendres, dans une synagogue d’Ein Gedi, qu’un parchemin calciné a été découvert en 1970. Mais comme il ressemble à un morceau de charbon, il a été impossible d’en déchiffrer le contenu.

Lundi, des experts israéliens et américains ont indiqué que « La technologie la plus avancée nous a permis de dérouler le parchemin qui faisait partie d’une Bible vieille de 1 500 ans ».

Lors d’une conférence de presse à Jérusalem, Pnina Shor, de l’Autorité Israélienne des Antiquités, a indiqué que « Après les manuscrits de la mer Morte, il s’agit de la découverte la plus significative d’une Bible écrite ».

Conservé dans un coffre climatisé et maintenu dans l’obscurité par l’Autorité des Antiquités, ce parchemin a été scanné en 3D par la compagnie israélienne Merkel Technologies. Le résultat de ce scannage a été ensuite transmis pour déchiffrage au département des sciences de l’informatique de l’université de Kentucky qui a développé un logiciel d’imagerie spécifique. La semaine dernière, les premières images lisibles ont été obtenues.

« Nous ne savions pas ce qui était caché, la technologie de l’époque ne nous permettait pas d’y accéder, rappelle Pnina Shor avant d’expliquer que le fragment de sept centimètres de long contient les huit premiers versets du Lévitique de la Bible qui expose les règles des sacrifices rituels.

Le professeur américain Brent Seales a pour sa part affirmé qu’il était encore trop tôt pour savoir s’il était possible de tirer d’autres informations du parchemin : « Nous ne sommes pas vraiment sûr. C’est un défi technique ».

Capture d'écran du texte d'un des plus anciens parchemins en hébreu vieux de 15 siècles découvert près de la mer Morte, et déchiffré grâce à la haute technologie.
Capture d’écran du texte d’un des plus anciens parchemins en hébreu vieux de 15 siècles découvert près de la mer Morte, et déchiffré grâce à la haute technologie.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTwitch laisse aussi tomber Flash Player
Article suivantSony : un partenariat avec ZMP pour proposer des drones

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here