La valorisation de Tesla s’envole !

C’est en 2003 que l’entreprise Tesla a été fondée dans le but de produire des voitures électriques haut de gamme. Sa gamme se compose du Roadster, du Model S et du SUV Model X, des véhicules 100 % électriques. Le constructeur vient aussi de présenter le futur Model 3, un nouveau modèle qui sera produit en fin d’année prochaine.
Levée de fond réussie pour Tesla, sa valorisation s'envole
Alors que l’entreprise enregistre toujours des pertes, elle doit prendre un virage important, celui de l’industrialisation. Pour être rentable, il faut que le constructeur produise plus, une augmentation de la production qui visera aussi à résorber les très nombreuses demandes enregistrées pour son nouveau modèle. Mais pour cela, il faut de l’argent.

Visiblement, lever des fonds n’est pas un problème pour Tesla vu que le constructeur a déjà réussi à lever plusieurs milliards de dollars. Cela s’est d’ailleurs reproduit ce vendredi. Dans le but d’augmenter son capital de 1,46 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros) pour augmenter ses capacités de production, l’entreprise a vendu 6,8 millions de nouvelles actions. Grâce à cette opération, la firme est désormais valorisée à plus de 4,5 milliards de dollars (3,9 milliards d’euros). De plus, à la Bourse de New York, l’action Tesla a terminé jeudi sur un gain de 1,9 % à 215,2 dollars.

De fait, Tesla est désormais valorisé à 28,8 milliards de dollars (25 milliards d’euros), ce qui correspond à 2,5 fois la capitalisation de PSA alors que le groupe français produit 60 fois plus de véhicules ! On peut sérieusement se poser la question de savoir si la valorisation de l’entreprise californienne n’est pas un gros coup de bluff. Est-ce que la confiance « aveugle » des marchés financiers va se poursuivre encore longtemps ?
Tesla Model 3 en images

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAprès avoir beaucoup licencié, l’usine Bell Helicopter de Mirabel embauche
Article suivantUne petite vidéo donne un bref aperçu des Asus Zenfone 3

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here