L’ADN comme base d’un sérum anti-âge

De nouvelles recherches révèlent qu’un sérum anti-âge doit être adapté à l’ADN de chaque individu.

Lutter contre l’apparition du vieillissement passe souvent par l’utilisation de crème, sérum et autres solutions pour la peau, avec de belles promesses, mais souvent peu de résultats tangibles. Pourtant, les essais cliniques de « Geneu » (à prononcer « gene you », pour « gêne vous ») ont enregistré une réduction des rides et ridules de 30% en 18 mois.

Ce sérum miracle n’est pas issu d’un grand laboratoire pharmaceutique ou de produits de beauté, mais des travaux du Professeur Chris Toumazou. Pour ceux qui ne le connaissent pas, ce professeur à l’Imperial College de Londres est notamment l’inventeur de l’implant cochléaire qui a aidé 10 000 enfants sourds à entendre pour la première fois, du pancréas artificiel pour les diabétiques de Type 1, du moniteur cardiaque sans fil, alors que son séquenceur ADN de poche a récemment remporté le prix de l’inventeur européen 2014.

Si le changement d’orientation du Prof Toumazau dérange certains de ses collègues universitaires, lui espère mettre sa technologie ADN au service du grand public et aidant que celui-ci prennent l’habitude aux soins personnalisés.

C’est ainsi qu’il compte sur sa dernière invention pour tester comment adapter les soins de la peau à chaque personne. C’est ainsi qu’il a déclaré, à l’occasion d’une conférence à la Royal Society, que « Il n’y a pas vraiment de soin de la peau, c’est la santé de la peau. La peau est le plus grand organe du corps ». C’est ainsi que son idée est que « Ce n’est pas vraiment de la dermatologie. Il s’agit de prévenir les problèmes en rendant la peau saine et en meilleure santé ».

Concrètement, dans le beautylab de New Bond Street à Londres, des médecins prélèvent de l’ADN dans la joue de la personne. Ils l’injectent ensuite dans la puce, puis dans un ordinateur de séquencement afin d’obtenir, 30 minutes plus tard, le profil ADN qui pourra servir à créer un sérum.

Le Prof Toumazau explique que les crèmes et les sérums les plus modernes sous-alimentent ou suralimentent la peau, par sa solution basée sur l’ADN, le dosage est optimum pour chacun.

Le seul défaut de sa méthode est qu’elle est encore onéreuse vu qu’il faut compter 600 £ pour une cure de quatre semaines, y compris la consultation.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRéseau fixe : Free met en demeure Bouygues Telecom
Article suivantJames Watson, le découvreur de l’ADN vend aux enchères son prix Nobel

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here