Lancement de la 5e édition du concours Google Science Fair

Google appelle les étudiants âgés de 13 et 18 sont à soumettre leurs idées de projets pour la 5e édition de son concours international Google Science Fair.

C’est la cinquième fois que Google lance son concours annuel Google Science Fair, une compétition internationale qui appelle les jeunes à faire preuve de créativité.

C’est autour de deux thèmes, « C’est votre tour de changer le monde » et « Qu’allez-vous essayer ? », que Google appelle les étudiants âgés de 13 et 18 sont à soumettre leurs idées de projets ?
Les personnes intéressées, d’où qu’elles viennent, peuvent soumettre leur projet dans des domaines scientifiques aussi variés que la biologie, l’informatique, l’anthropologie ou autres.

Une fois que leur projet aura été soumis en ligne, tous ces apprentis inventeurs, découvreurs, scientifiques concourront dans différentes catégories dans le but de décrocher un des prix dans l’une des nombreuses catégories que sont l’éducation, la santé et l’environnement, l’élargissement du champ de la concurrence.

Les prix comprennent notamment une bourse d’études de 100 000 dollars offerte par Google et le Scientific American, une expédition aux îles Galápagos offertes par la National Geographic, une visite du QG de LEGO, ainsi qu’une visite du nouveau vaisseau spatial de Virgin Galactic.

À l’instar de la lampe de poche qui ne nécessite que la chaleur de la paume de son utilisateur pour allumer son faisceau, ou enquêter sur l’utilisation de bactéries diazotrophe pour améliorer la germination et la croissance de certaines cultures pour lutter contre la faim dans le monde, les projets qui participent au Google Science Fair peuvent réellement être de très haute facture.

Si vous avez une idée à soumettre, il ne vous reste qu’à la soumettre.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentApple : 1,7 milliard d’euros pour ses propres centres de données en Europe
Article suivantPebble : une smartwatch couleur pour demain ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here