Lancement de la bêta de Facebook at work

Avec Facebook at work, le réseau social compte conquérir les entreprises comme le réseau social a su conquérir le grand public. Le service est disponible en version bêta.

Après avoir su conquérir 1,35 milliard d’utilisateurs dans le monde, Facebook compte bien en faire de même avec les entreprises en proposant Facebook at work. Cette version spécifique pour les organisations permet de partager des documents, de faire des conversations de groupes, de se mettre en relation avec des contacts professionnels, etc.

Après renseignement de l’entreprise sur Facebook at Work, tous les employés peuvent bénéficier d’un compte dédié à un usage professionnel. Chaque profil peut bien évidemment être lié à un profil Facebook personnel, mais, dans ce cas, les deux comptes exploiteront des identités numériques différentes alors que les informations privées seront strictement séparées de celles relevant du domaine professionnel.

Facebook at Work cible les structures de 100 employés ou plus en partant du principe que les plus petites entreprises se contentent souvent d’outils tels que Facebook Groups.

Après avoir été testé auprès d’un échantillon restreint de partenaires, Facebook at work est désormais disponible en version bêta, sur invitation. Cette version fonctionne par navigateurs web et sur mobile (iOS et Android).

Bêta oblige, tout n’est pas encore totalement opérationnel. Il est par exemple possible de partager des documents, mais pas de les éditer. Les publications sont visibles par tous les employés de l’entreprise. Un algorithme de filtrage du flux d’actualités est déjà opérationnel, il permet d’afficher en priorité les contenus jugés « pertinents », que cela soit celui qui suscitent des réactions ou ceux publiés par les collègues avec lesquels on interagit le plus.

Pour Facebook at Work, le réseau social met également en avant la richesse des profils lorsqu’ils sont alimentés par des données fournies par le département ressources humaines, ce qui permet par exemple de rapidement déterminer les domaines de compétence de chacun.

Rien ne précise encore quel sera le modèle économique de Facebook at Work. D’après TechCrunch, il pourrait s’agir soit d’une offre payante soit d’une solution financée par la publicité. Le risque de cette dernière étant qu’elle soit au final contreproductive.

Alors qu’un grand nombre d’entreprises déconseille ou interdise l’utilisation de Facebook en entreprise, est-ce que celles-ci vont accepter d’ouvrir la porte à Facebook at Work ? En attendant de connaitre la réponse, il est bon de préciser que le réseau social n’est pas seul sur ce marché vu qu’il existe déjà SharePoint, Yammer, BluKiwi, LinkedIn, Viadeo ou encore Google+.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentModel X : Tesla annonce sa livraison dès 2016 et une version Performance 85
Article suivant20 millions d’Apple Watch dès la première année ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here