Land Rover remplace le Freelander par le Discovery Sport

C’est à l’occasion du Mondial de l’Automobile 2014 que Land Rover va officialiser le Discovery Sport, le remplaçant du Freelander.

C’est du 4 au 19 octobre prochain, à Paris, que Land Rover va officialiser le Discovery Sport, le remplaçant du Freelander. Mais comme des photos ont fuité sur internet avant l’heure, le constructeur automobile s’est empressé de livrer quelques informations sur son nouveau véhicule.

Pour un empattement de 2,74 mètres et une longueur de 4,59 mètres, le Discovery Sport sera plus grand que le Freelander qu’il remplace, ce qui permet de proposer une configuration 5+2 avec deux sièges escamotables dans le coffre.

Même si certains traits évoluent, les lignes fluides du Discovery Sport sont clairement celles d’un Discovery.

Équipé du système Terrain Response, le Discovery Sport conserve des aptitudes polyvalentes complètes de franchissement lui permettant de franchir des gués de 60 centimètres d’eau avec des angles d’approche, ventral et de sortie pouvant aller jusqu’à 25, 31 et 21 degrés.

Associés à une boite manuelle 6 rapports ou une boite automatique 9 rapports, on trouve toute une gamme 4 cylindres essence et diesel, notamment le 2,2 litres de 190 chevaux.

Au niveau de l’habitacle, les sièges de la deuxième rangée sont coulissants et placés plus haut que les sièges avant, tous les passagers arrière étant choyés par une suspension multibras leur laissant de l’espace. Du point de vue du design intérieur, le graphisme très vertical de la console centrale et l’utilisation de matériaux hauts de gamme sont bien évidemment synonymes de qualité.

Dernier point, le prix de ce nouveau Discovery Sport commencera à 34 600 euros.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPhotos de stars nues : l’art de la communication d’Apple
Article suivantOrdinateur quantique : Google veut faire cavalier seul

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here