L’avenir de Sony passera par la musique, le cinéma et les jeux vidéo

En présentant son plan triennal de transformation, Sony annonce qu’il se focalisera sur la musique, le cinéma et les jeux vidéo, quitte à laisser tomber les téléviseurs, les appareils photo et les smartphones.

C’est mercredi 18 février que Kazuo Hirai, le PDG de Sony, a dévoilé le plan triennal de transformation du groupe japonais. Son objectif est de viser la profitabilité avec comme but de multiplier par 25 les profits d’ici 2018.

Pour atteindre cet ambitieux objectif, Sony se concentrera sur les secteurs identifiés comme moteur pour le groupe, à savoir les capteurs CMOS, les jeux vidéo, la musique et le cinéma. Dans ces domaines, il est prévu de consentir des investissements dans le but d’accroitre la productivité et pour accélérer la recherche et le développement.

Par contre, Sony ne prévoit plus de se focaliser sur les volumes vendus de téléviseurs, appareils photo et smartphones. Seule la profitabilité sera à l’ordre du jour. L’idée va être de stabiliser les profits dans ces domaines tout en dépensant faiblement, mais efficacement. L’objectif va être de se concentrer sur les produits les plus vendeurs, par exemple les appareils photo hybrides.

Sous la pression des fabricants sud-coréens et chinois, l’avenir des téléviseurs et des smartphones est plus incertain. Kazuo Hirai n’exclut pas, à terme, un abandon de ces produits.

Dans le but de lâcher plus facilement un wagon si nécessaire, Sony s’est restructuré en séparant ses différentes activités en entités indépendantes. Après avoir séparé les télévisions en février 2014, cela va être au tour du segment audio et vidéo d’être concerné.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentYouTube : un abonnement antipub ?
Article suivantVidéo incongrue : un employé de Google déconseille un détecteur de fumée de… Google

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here