Le logiciel de communication de Stephen Hawking accessible à tout le monde

Presque totalement paralysé, le physicien Stephen Hawking peut tout de même communiquer grâce à un logiciel conçu spécialement pour lui par Intel. Le code de cette application est désormais librement accessible à tout le monde.

Atteint de la maladie de Charcot, le célèbre physicien Stephen Hawking est très lourdement handicapé par la sclérose latérale amyotrophique (SLA), une maladie qui l’a rendu pratiquement totalement paralysé. Malgré ce handicap, le scientifique a toujours maintenu une activité publique et médiatique.

Si Stephen Hawking est toujours capable de communiquer, c’est grâce à un ordinateur équipé de l’ACAT (Assistive Context-Aware Toolkit), un logiciel spécialement conçu pour lui par Intel.

Cette application un peu particulière fonctionne en trois phases. Elle détecte tout d’abord des signaux visuels relayés par des capteurs, des signaux qui permettent ensuite de contrôler une interface pour sélectionner des lettres afin de composer un mot. Pour finir, un logiciel d’autocomplétion se charge de prédire le mot que l’utilisateur veut écrire et le texte est finalement verbalisé par un synthétiseur vocal.

Dans le cas de Stephen Hawking, le logiciel interprète les mouvements de contraction des muscles de l’une de ses joues.

Mais l’idée d’Intel n’est pas réserver l’ACAT uniquement à Stephen Hawking. C’est ainsi le développement de cette plateforme s’est poursuivi afin de la rendre plus polyvalente, pour qu’elle puisse s’adapter à des niveaux de handicap différents.

Justement, dans le but de pouvoir proposer l’ACAT à d’autres personnes qui en auraient besoin, Intel vient de franchir une nouvelle étape en annonçant que son logiciel est désormais téléchargeable gratuitement sur GitHub, mais aussi que son code est publié en open source.

Comme le démontre la vidéo de présentation proposée par Intel, ACAT peut être associé à divers types de capteurs et fonctionne pour le moment uniquement sur Windows.

Pour essayer le logiciel, il suffit de disposer d’un PC équipé d’une version de Windows égale ou supérieure à XP et d’une webcam.

Par cette action, l’espoir d’Intel est que ce logiciel aidera à communiquer d’autres personnes souffrant de maladies neurodégénératives. Mais plus que cela, l’application pourrait aussi permettre le contrôle d’un ordinateur, l’utilisation de logiciels ou le surf sur internet.

« Notre espoir est qu’en rendant open source cette plateforme configurable, les développeurs vont poursuivre le travail en ajoutant de nouvelles interfaces, de nouveaux capteurs, qu’ils amélioreront le système prédictif et ajouteront beaucoup d’autres fonctionnalités », a déclaré Intel.

Bien que l’accès à ACAT soit ouvert à tout le monde, il est bon de préciser qu’il s’agit d’un outil qui s’adresse avant tout aux chercheurs et aux développeurs.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPas de collision imminente avec un astéroïde, la NASA est formelle !
Article suivantSchiltigheim : opération de démoustication contre le moustique tigre

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here