Le nombre d’incidents de sécurité informatique a augmenté de 48% en 2014 !

D’après l’enquête The Global State of Information Security Survey, le nombre d’incidents de sécurité informatique dans le monde a augmenté de 48 % cette année.

C’est à l’instigation de PwC, CIO et CSO que le sondage The Global State of Information Security Survey a été réalisé auprès 9700 chefs de direction et gestionnaires en finances, en informatique et en sécurité informatique dans le monde, 35% en Amérique du Nord, 34% en Europe, 14% de l’Asie-Pacifique, 13% d’Amérique du Sud et 4% du Moyen-Orient et d’Afrique.

Publiés ce jeudi, les résultats sont que le nombre d’incidents de sécurité informatique à l’échelle internationale a augmenté de 48% en 2014 pour atteindre près de 43 millions d’incidents, soit un peu plus de 117 000 attaques par jour.

Alors que ce chiffre donne déjà des frissons, il est estimé que plus de 70% des incidents informatiques ne sont pas détectés en raison des méthodes de plus en plus sophistiquées qui sont utilisées par leurs auteurs.

Ce constat a vraiment de quoi inquiété vu qu’il est estimé que le coût global de la cybercriminalité cette année dépasse les 23 milliards de dollars, et cela uniquement pour les incidents détectés. Le coût global réel des atteintes à la sécurité informatique est « impossible à établir » selon les auteurs de l’enquête. En soulignant qu’il est particulièrement difficile de chiffrer la valeur de certains types d’informations, par exemple la propriété intellectuelle et les secrets commerciaux.

L’enquête révèle par ailleurs qu’un tiers des incidents sont imputables aux employés, un autre tiers aux ex-employés et un quart aux pirates informatiques. Les attaques des États, le crime organisé et de la concurrence font partie des incidents les moins fréquents.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentL’Europe met la pression sur Google
Article suivant3 Microsoft Lumia pour début 2015 ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here