Le panda a tout faux depuis deux millions d’années !

En matière d’alimentation, le panda a tout faux depuis deux millions d’années en se nourrissant de bambou alors qu’il ne peut pas le digérer.

À l’instar du koala et de sa feuille d’eucalyptus, l’alimentation du panda est associée au bambou. Une récente étude chinoise révèle pourtant que le panda aurait tout faux en matière d’alimentation depuis deux millions d’années.

Selon les constatations publiées dans la revue mBio, le panda n’aurait en fait pas la capacité de digérer le bambou, son unique nourriture !

En fait, c’est la cellulose contenue dans le bambou qui serait indigeste pour le panda. Les auteurs de l’étude expliquent que cette fibre ne peut pas du tout être digérée par l’organisme de l’animal. C’est en analysant 121 extraits de matière fécale de 45 pandas d’âge différent que les scientifiques sont arrivés à cette conclusion. Concrètement, les bactéries normalement présentes au sein du microbiote des herbivores sont totalement absentes de celle du panda, ce qui signifie que la flore intestinale de l’animal n’a pas évolué depuis des millions d’années et correspond toujours à celle d’un carnivore.

Alors que l’intérieur de son organisme n’a pas su évoluer, ce n’est pas le cas de sa morphologie extérieure avec une mâchoire qui est devenue plus puissante au fil des années et une sorte de pouce qui est apparu pour saisir le bambou.

Pour les chercheurs, cette découverte pourrait être un des facteurs importants expliquant leur extinction. Les scientifiques sont à la recherche de nourriture alternative afin d’alléger un peu la consommation de bambou chez les pandas.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentIter : l’espoir d’obtenir une énergie propre et quasi illimitée
Article suivantPremier benchmark pour le OnePlus 2 ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here