Le squelette de Waterloo livre son secret

À qui appartenait le squelette découvert en 2012 sur le champ de bataille de Waterloo ? Une réponse vient d’être donnée.

C’est en 2012 qu’un squelette a été retrouvé sur le champ de bataille de Waterloo. Des pièces allemandes et françaises, une cuillère en fer et une pièce de bois portant les initiales « C.B » avaient été retrouvées à côté de reste de ce soldat tué par une balle de mousquet.

La découverte d’un « F » presque effacé sur le morceau de bois a permis à Gareth Gloverde s’enquérir du mystérieux soldat.

L’historien a ainsi découvert que seulement trois soldats allemands portaient les initiales « F.C.B », tous originaires de Hanovre et combattant aux côtés des Britanniques contre Napoléon.

D’emblée, un des soldats est écarté pour avoir combattu dans un autre secteur du champ de bataille.

Les deux soldats restants étaient tous les deux en 2e ligne du bataillon de la King’s German Legion. En découvrant qu’un officier avait reçu la paie d’un soldat, décédé près d’un mois après la bataille près de Bruxelles, Gareth Glover a pu éliminer l’un des deux hommes.

Il ne restait donc plus que Friedrich Brandt dont la trace n’avait pas été retrouvée. « On ne peut pas être sûr à 100% qu’il s’agit du squelette de Friedrich Brandt, mais avec les informations dont nous disposons, c’est le candidat le plus probable », a expliqué Gareth Glover.

Alors que la bataille de Waterloo avait sonné le glas de l’empire napoléonien le 18 juin 1815, des commémorations sont prévues durant quatre jours, à partir du 18 juin prochain. Elles devraient attirer environ 200 000 personnes selon les organisateurs.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGalaxy S6 : Samsung veut éviter la polémique du Bendgate
Article suivantWhatsApp s’intègre à Facebook

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here