Le web s’enflamme pour le monstre marin découvert grâce à Google Earth

Alors que des scientifiques ont estimé qu’il serait possible de découvrir des calmars géants de plus de 30 mètres dans les 95 % d’océan qui sont toujours inexplorés, Scott C. Waring enflamme le web avec un monstre marin découvert sur Google Earth. C’est à la coordonnée 63° 2′ 56,73″S 60°57′ 32,38″W qu’il a fait une découverte fascinante, pour ne pas dire inquiétante.

À cette coordonnée, il est en effet possible de voir ce qui semble être un monstre marin. Il n’en a pas fallu plus pour enflammer le web au sujet de cette mystérieuse créature. En utilisant l’outil de mesure intégré à Google Earth, Scott C. Waring estime que cet animal ou cette « chose » pourrait mesurer une trentaine de mètres de long. De quoi pourrait-il s’agir ?

Le légendaire Kraken ou un cousin du monstre du Loch Ness ?

Lorsque le web s’enflamme pour un mystère, ce sont souvent des explications fantaisistes qui sont proposées. C’est notamment le cas de ceux qui estiment que ce monstre pourrait être le légendaire Kraken, un monstre mythique qui avait très mauvaise réputation auprès des marins après avoir causé de très nombreux naufrages. D’autres internautes sont tout aussi fantaisistes en évoquant un cousin du monstre du Loch Ness.

En matière de débordement, on peut aussi citer les personnes qui ont déjà fait passer la taille de cet animal à 120 mètres ! Comme quoi, dès qu’il y a buzz, l’information originale se retrouve passablement déformée.

Après, il faut aussi être conscient que rien ne prouve qu’il s’agisse d’un monstre marin. Ce que l’on peut voir dans Google Earth, non loin de l’Antarctique, pourrait simplement être une formation rocheuse.

De quoi s’agit-il ? Qu’en pensez-vous ?

Chacun peut utiliser Google Earth afin d’aller regarder par lui-même ce qui se trouve à la coordonnée 63° 2′ 56,73″S 60°57′ 32,38″W. Si vous le faites, dites-nous ce que vous pensez voir à cette position. Vous trouverez peut-être la bonne explication à ce mystère, en tout cas une explication moins farfelue que le Kraken ou le cousin du monstre du Loch Ness.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFeu vert pour les spécifications JavaScript d’ECMAScript 2016
Article suivantUne prothèse en forme de roue redonne de la mobilité à une tortue amputée

Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j’ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l’information et l’actualité. De fil en aiguille, j’ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l’amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m’intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l’univers, ce qui s’est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l’impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l’impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here