Avec l’Eolab, Renault affiche une consommation de 1 litre au 100 km

En présentant l’Eolab, Renault dévoile le prototype d’un hybride qui ne consomme que 1 litre au 100 kilomètres.

Plutôt que de dévoiler un véhicule hybride consommant que 1 litre au 100 kilomètres, Renault a fait le choix de dévoiler l’Eolab, un prototype qui se présente comme un assemblage de briques technologiques, des éléments qui pourront être repris par la suite dans des voitures de la gamme Renault. Alors que la marque avait jusque-là ignoré la technologie hybride, cette présentation amorce un véritable virage.

Pour cette Eolab, les ingénieurs ont travaillé à tous les niveaux. Hormis le fait d’associer une motorisation hybride rechargeable basée sur un moteur essence trois cylindres de 999 cm3, une des innovations est que le conducteur passera les deux premiers rapports via le moteur électrique et le troisième via le moteur thermique, le tout par un système fonctionnant sans embrayage.

À cela, il faut ajouter une amélioration de 30% de l’aérodynamisme par rapport à une citadine actuelle, ou encore un allégement notoire grâce à l’utilisation d’acier à très haute élasticité, d’aluminium et d’un toit en magnésium, mais aussi de vitrages et de sièges allégés.
Dernier point, Renault a pensé tout cela dans un contexte économique en envisageant des solutions à coût accessible pour ne pas alourdir le prix des futures citadines.

leolab-renault-photo-1

leolab-renault-photo-2

leolab-renault-photo-3

leolab-renault-photo-4

leolab-renault-photo-5

leolab-renault-photo-6

leolab-renault-photo-7

leolab-renault-photo-8

leolab-renault-photo-9

leolab-renault-photo-10

leolab-renault-photo-11

leolab-renault-photo-12

leolab-renault-photo-13

leolab-renault-photo-14

leolab-renault-photo-15

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentUne manette Xbox One pour PC, avec fil
Article suivant40 millions de dollars de plus pour les containers Open Source de Docker

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here