Les marques de luxe veulent aussi leur part du marché des SUV

Le marché des SUV représente près du quart du marché européen. Les marques de luxe veulent leur part du gâteau.

Le phénomène SUV n’est pas à prendre à la légère par les constructeurs automobiles vu qu’il représente près du quart du marché européen. Ce marché est suffisamment important pour susciter l’envie de tous, y compris des marques de luxe.

C’est donc à l’opposé des longues et élégantes limousines ou des coupés et cabriolets hyper performants que Bentley, Jaguar, Maserati et autres se lancent sur ce marché. Mais attention, pas question de déroger à la règle. Cela a beau être des SUV, ce sont des SUV de luxe !

Ainsi, dès l’année prochaine, Bentley proposera le Bentayga, le SUV qui sera simplement le SUV le plus cher du marché en étant vendu à plus de 215 000 euros ! Pour ce prix, le véhicule est hyper luxueux, équipé d’un imposant douze cylindres de 608 chevaux capables de mouvoir l’engin à 300 km/h. De fait, une Porsche Cayenne Turbo S de 570 chevaux se retrouve reléguée au simple rang de 4×4 du pauvre.

Avec son F-Pace, Jaguar s’attaque aussi au marché du SUV. La marque de luxe n’aura pas su résister à l’appel de ce marché alors même qu’il y aura concurrence directe avec les Land Rover, une marque appartenant aussi au groupe JLR.

Alors que le Bentayga et le F-Pace seront présents au prochain Salon de Francfort, les autres marques de lue se préparent également à se lancer sur ce marché, comme Maserati qui prépare le Levante, ou encore Lamborghini et Rolls-Royce qui travaillent aussi sur un SUV.

En cherchant bien, on trouve que seulement Ferrari et Aston Martin, en véritables irréductibles, ne semblent pas encore tentés par le marché du SUV… pour combien de temps encore ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentL’Apple Watch se pare de bracelets Hermès
Article suivantPeriscope adopte le mode paysage

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here