Linux va persévérer dans sa conquête du marché grand public

Si Linux a su séduire le monde des serveurs, c’est loin d’être le cas au niveau des ordinateurs grand public. Selon Linus Torvalds, père du kernel Linux, il faut persévérer.

Au niveau des serveurs, les distributions Linux ont largement su s’imposer dans l’informatique professionnelle, ce qui n’est pas du tout le cas au niveau des ordinateurs grand public. Pour s’en convaincre, il suffit de constater que 91% du marché est détenu par Windows de Microsoft, que 9% sont occupés par OS X d’Apple et que seulement 1,6% du marché est occupé par les différentes distributions de Linux.

À l’occasion de la conférence LinuxCon, Linus Torwald, le père du kernel Linux, s’est exprimé sur les perspectives de développement de Linux.

C’est en soulevant un élan enthousiaste de soutien qu’il a par exemple clairement annoncé qu’il n’était pas question d’abandonner le marché des ordinateurs grand public. Évoquant vaguement « l’infrastructure », Linus Torwald reste très évasif sur le futur.

Réaliste face au marché actuel de l’informatique, le père du kernel Linuxa par exemple préféré relever l’essor des Raspberry Pi et des autres modèles de nano-ordinateurs, ce qui lui a donné l’occasion d’évoquer un cœur de noyau Linux « plus petit et plus rapide ».

Si Linus Torvalds s’est félicité du processus de développement pour les architectures ARM, il regrette tout de même qu’une majorité d’entreprises utilisent d’anciennes versions de Linux pour travailler dans le monde de l’embarqué.

Pour finir, on retient surtout que Linux est toujours au rythme du temps et qu’il va continuer à évoluer. Pour ce qui est du grand public, l’avenir nous dira s’il arrivera véritablement percer.

Linux sur PC : Linus Torvalds ne veut pas lâcher l'affaire
Linux sur PC : Linus Torvalds ne veut pas lâcher l’affaire

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGuerre des brevets : Google et Apple gagnent contre un patent troll
Article suivantVice de fabrication sur les MacBook Pro 2011

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here