Magic Leap réussit une levée de fond de 542 millions de dollars, notamment auprès de Google

Huit mois après avoir réussi une levée de fonde de 50 millions de dollars, Magic Leap récidive en levant cette fois 542 millions de dollars. À l’instar de Google, Qualcomm et Legendary Entertainment qui ont mis la main à la poche, cette technologie à la croisée des réalités virtuelle et augmentée attire la convoitise. Réalité augmentée : Google se positionne avec Magic Leap

À l’heure actuelle, la plus grande partie de l’activité de Magic Leap est encore en phase de recherche et développement (R&D), une absence de concret qui ne semble pas perturber les investisseurs vu que la société vient de réussir une levée de fond de 542 millions de dollars, huit mois après une précédente levée de fond de 50 millions de dollars.

Il faut dire qu’en promettant de gommer les frontières sensitives entre perception du réel et du virtuel, à la croisée des réalités virtuelle et augmentée, Magic Leap se positionne sur un secteur d’avenir. Le potentiel du projet de la société basée en Floride serait d’ailleurs tel que Google, Qualcomm et Legendary Entertainment n’ont pas hésité à mettre la main à la poche pour se positionner sur cette technologie.

Alors que Magic Leap explique que les fonds levés vont permettre de « accélérer le développement de ses produits, la sortie d’un SDK, étendre son écosystème et commercialiser son propre appareil portatif connecté », il est bon de préciser que la solution développée consiste en un produit wearable complémentaire à un logiciel, le tout devant permettre de projeter une sculpture de lumière en 3D sur la rétine de l’utilisateur.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentStéphane Gueulette met à l’épreuve le Slow Motion de l’iPhone 6
Article suivantAndroid 5.0 Lollipop : quels sont les appareils compatibles ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here