Mario Kart 8 : Nintendo annonce plus d'un million d'exemplaires vendus en 4 jours

Nintendo croyait au succès de Mario Kart 8, le succès tant attendu semble être au rendez-vous. La firme japonaise vient en effet d’annoncer que 1,2 million d’exemplaires de son jeu ont été vendus en quatre jours.

Alors que Nintendo comptait sur Mario Kart 8 pour relancer la popularité de sa console de jeu Wii U, le succès semble au rendez-vous. Après quatre jours de commercialisation, la firme japonaise annonce en effet avoir vendu plus de 1,2 million d’exemplaires de son nouveau jeu.

Alors que Super Mario Kart (Super Nintendo) a été vendu à 8,76 millions d’exemplaires, Mario Kart 64 (Nintendo 64) à 9,87 millions, Mario Kart: Super Circuit (Game Boy Advance) à 5,91 millions, Mario Kart: Double Dash (Nintendo GameCube) à 6,88 millions, Mario Kart DS (Nintendo DS) à 23,56 millions, Mario Kart Wii (Wii) à 35,53 millions et Mario Kart 7 (Nintendo 3DS) à 9,62 millions, ce sont 100,13 millions d’exemplaires des différentes versions du jeu qui ont été commercialisées dans le passé, preuve que le marché demande ce genre de jeu, ce qui laisse donc l’espoir à Nintendo de faire encore mieux au niveau des ventes de Mario Kart 8.

Mais vu que la finalité est belle et bien de relancer la Wii U, Nintendo ne devra pas non plus se contenter uniquement de Mario Kart 8, ce qui signifie devoir proposer de nouveaux jeux. Dans ce sens, le salon E3 de la semaine prochaine devrait logiquement être l’occasion de découvrir de nouveaux jeux, ce n’est qu’à cette condition que les ventes de Wii U pourront peut-être décoller.

Mario Kart 8 : 1.2 millions d'exemplaires vendus au niveau mondial
Mario Kart 8 : 1.2 millions d’exemplaires vendus au niveau mondial

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentVente flash : promotion exceptionnelle de Bouygues Telecom sur ses forfaits Sensation 4G
Article suivantDonnées de santé : que veulent faire Samsung et Apple ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here