Mark Zuckerberg veut construire Facebook City

Le patron de Facebook veut construire une véritable petite ville en bordure du siège de l’entreprise pour y installer les salariés du groupe.

Le Daily Mail rapporte que Facebook a récemment acquis un grand terrain de 80 hectares à Menlo Park (Californie), le long de son campus. L’idée de Mark Zuckerberg serait d’utiliser ce terrain pour y bâtir une véritable petite ville en bordure du siège de l’entreprise.

Pour l’instant affublée du nom de code « Zee-Town », cette ville devra être capable d’accueillir les 10 000 salariés de Facebook. Comme n’importe quelle autre ville, celle-ci disposera de routes, de magasins, d’hôtels, de villas pour les cadres supérieurs et même de dortoirs pour les stagiaires.

Ce projet, devisé à près de 200 milliards de dollars, aurait été confié à Frank Gehry, l’architecte qui a été en charge du siège du groupe, mais aussi de la fondation Louis Vuitton à Paris et du musée Guggenheim de Bilbao.

Pour remplir sa mission, Frank Gehry aurait reçu pour instruction d’intégré les bâtiments dans l’environnement naturel, notamment en adoptant des toitures végétales.

Pour éviter que les habitants de Zee utilisent la voiture pour aller travailler, dans le but de respecter l’éthique écologique de Facebook, des solutions de transport appropriées seront développées.

« Nous ne pouvons pas nous borner à bâtir un campus d’entreprise, il doit s’inscrire dans la communauté […] Car quoi de mieux que croiser son patron à la piscine, à la banque et au cinéma le weekend ? », explique John Tenanes, en charge de l’immobilier pour Facebook.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentÉtat de l’atmosphère : Aux Pillipines, François Hollande effectue son SAV
Article suivantFacebook ne se conforme toujours pas à la législation européenne

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here