Mars : important changement de cap pour le rover Curiosity de la NASA

Depuis que le rover Curiosity est arrivé sur Mars en août 2012, il ne cesse pas d’étudier la planète rouge. Justement, le rover de la NASA vient de réaliser l’analyse de son 12e forage, mais aussi un important changement de direction.

Même s’il prend parfois le temps de se prendre en selfie, la majeure partie de son temps est consacré à ses déplacements et aux analyses. Il a largement contribué aux découvertes faites récemment, notamment la présence d’eau liquide à une certaine époque.

Selfie de Curiosity pris à la surface de Mars qui montre le site de forage de Okoruso sur le plateau Naukluft au pied du mont Sharp.
Selfie de Curiosity pris à la surface de Mars qui montre le site de forage de Okoruso sur le plateau Naukluft au pied du mont Sharp.

Chacune de ces analyses est importante, car c’est de cette manière que la NASA a pu récolter des preuves sur la présence de lacs et de rivières dans le passé de la planète, des conditions qui pourraient avoir été favorables à la vie, notamment au développement des microbes. Le 12e échantillon analysé par Curiosity a été prélevé dans le substrat de mudstone foré à la fin mai.

Alors que les analyses des échantillons 10 et 11 concernaient des prélèvements réalisés sur le plateau de Naukluft, le nouvel échantillon concerne la formation de Murray au bas du mont Sharp. Cette formation mesure environ 200 mètres d’épaisseur. Jusqu’à présent, Curiosity a examiné environ un cinquième de sa hauteur. « L’histoire que la formation Murray est révélatrice de l’habitabilité de l’ancien Mars. C’est l’une des surprises de la mission », a déclaré Ashwin Vasavada, scientifique de la mission au Jet Propulsion Laboratory de la NASA. « À partir des données de prémission, il n’était pas évident qu’elle abritait des lacs il y a longtemps et que sa composition diversifiée servirait à nous dire plus au sujet de la chimie de ces lacs et des eaux souterraines ».

Autoportrait pris le 11 mai 2016 par Curiosity à l'aide de son instrument MAHLI. Il s'agit d'une mosaïque de plusieurs images.
Autoportrait pris le 11 mai 2016 par Curiosity à l’aide de son instrument MAHLI. Il s’agit d’une mosaïque de plusieurs images.

Après les forages de Lubango et Lubango, dans du grès, le dernier échantillon a été foré le 4 juin à Oudam, dans une fracture. Cette fracture de grès est appelée formation Stimson, une formation vraisemblablement formée par le vent, une portion de terrain potentiellement érodée par l’eau.

L’actualité de Curiosity concerne aussi un changement de direction. Après avoir sillonné entre les dunes et traversé le plateau, le rover vient de tourner vers le sud pour monter vers le sommet de la montagne. « Depuis son atterrissage, nous visons ce terrain et attendions de pouvoir faire ce virage à gauche. Il s’agit d’un grand moment pour la mission », confie Ashwin Vasavada. « Nous sommes sur le point de laisser définitivement derrière nous le Plateau Naukluft et la formation Stimson alors que nous montons le mont Sharp », déclare Albert Yen du Jet Propulsion Laboratory.

Carte représentant les 14 sites où Curiosity a récolté des échantillons de roche ou du sol, notamment les photos de 12 forages.
Carte représentant les 14 sites où Curiosity a récolté des échantillons de roche ou du sol, notamment les photos de 12 forages.

Comme pour les analyses précédentes, les derniers échantillons ont révélé des niveaux élevés de silice et de sulfate à proximité de la fracture, ce qui confirme les écoulements d’eaux souterraines. « Cela pourrait être l’événement concernant les fluides les plus jeunes que nous ayons étudiés avec Curiosity », confie Albert Yen.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLe sang à l’honneur sur Google avec un Doodle consacré à Karl Landsteiner
Article suivantTout ce qu’il faut retenir du keynote d’Apple lors de la WWDC 2016
Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j'ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l'information et l'actualité. De fil en aiguille, j'ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l'amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m'intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l'univers, ce qui s'est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l'impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l'impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here