Mars One : plus que 100 candidats en course

Sur les 202 586 candidats à un voyage sur Mars, ils ne sont aujourd’hui plus que 100 encore en course pour faire partie des 24 volontaires qui seront envoyés vers la planète rouge.

L’idée du projet Mars One est d’établir un début de colonisation de la planète Mars. Vu qu’il va s’agir d’un voyage aller simple vers la planète rouge, la mission a été ouverte aux candidats volontaires par le biais de l’Astronaut Selection Program. Ils ont été 202 586 à s’annoncer volontaires.

Une première phase de sélection a visé à passer en revue tous les profils des candidats. Ce premier filtre a permis de présélectionner 660 personnes.
La seconde étape a consisté à un entretien avec Norbert Kraft, responsable de la division médicale de Mars One. Cette discussion a visé à évaluer les capacités de chacun tant au niveau de leur motivation, de leur esprit d’équipe, que de leur compréhension des risques. Désormais, ils ne sont plus que 100 candidats encore en course, 50 hommes et 50 femmes.

Plus précisément, cette liste comporte 39 personnes en provenance du continent américain, 31 de l’Europe, 16 de l’Asie, 7 de l’Afrique et 7 de l’Océanie. Il faut noter qu’un Français, un Belge et un Suisse font partie de cette liste des 100.

En vue de sélectionner les six équipages de quatre personnes qui seront les 24 candidats finaux, une nouvelle phase de sélection est prévue. Cette sélection se fera dans le désert arctique. Elle consistera à devoir vivre par leurs propres moyens, subvenir à leurs besoins, mais surtout à vérifier l’intégration au sein du groupe.

Au niveau de Mars, il est prévu que l’équipement soit envoyé en 2022 et que le camp soit préétabli lorsque les quatre premiers participants arriveront à destination en 2025.

Il est bon de préciser que le projet Mars One est passablement critiqué pour son aspect « spectacle », comme le merchandising ou le fait de présenter le quatrième volet de sélection sous forme de retransmission télévisée grand spectacle du style d’une émission de téléréalité.

« Cela ressemble plus à un coup de pub bien ficelé pour monter une émission de télé aguichante qu’à un projet maîtrisé », a par exemple déclaré un astrophysicien.
photo-mars-one

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentOneNote pour iPad reçoit l’écriture manuscrite
Article suivantInbox by Gmail s’adapte à l’iPad

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here