Mars Orbiter Mission : tout va bien pour la sonde indienne

C’est en rendant public deux clichés de la Planète rouge que l’agence spatiale indienne (ISRO) a confirmé que l’insertion en orbite de la sonde MOM (Mars Orbiter Mission) s’est bien déroulée et que son fonctionnement est nominal. Mars et son atmosphère observés par la sonde MOM de l'Inde.

C’est à bord d’un lanceur PSLV que la sonde MOM a été lancée le 5 novembre 2013. Après être restée un mois en orbite autour de la Terre pour prendre de la vitesse, la sonde est arrivée autour de Mars le 24 septembre 2014. Après son insertion en orbite, MOM gravite autour de Mars sur une orbite fortement elliptique inclinée de 150 degrés par rapport au plan équatorial de la planète, avec un périgée de 421,7 kilomètres d’altitude et un apogée de 76 993,6 kilomètres. Mars Orbiter Mission fait une orbite complète de la planète rouge en 72 heures 51 minutes et 51 secondes. Cette image de la région martienne Syrtis Major a été acquise depuis une altitude de 7.300 kilomètres. Elle montre des détails de 376 mètres.

En plaçant MOM en orbite autour de Mars, quelques jours après la sonde américaine Maven, l’Inde devient la quatrième puissance spatiale à placer une sonde autour de la planète rouge. Si la finesse des clichés rendus publics par l’agence spatiale indienne ISRO n’égale pas celle à laquelle la NASA ou l’Agence spatiale européenne nous habituent habituellement, cela n’ôte rien aux mérites de l’Inde.

Il est tout de même bon de préciser que le coût de la mission MOM est seulement de 58 millions d’euros, ce qui est nettement moins que les 529 millions d’euros de la mission américaine Maven.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiOS 8.0.2 : Apple corrige ses bugs
Article suivantWindows 9 : de la gratuité dans l’air

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here