Le meilleur joueur de go professionnel européen ne fait pas le poids contre une machine

À l’instar de l’ordinateur Deep Blue d’IBM qui a battu le champion du monde Garry Kasparov aux échecs, les machines sont capables de rivaliser avec les humains en matière de jeu de réflexion. Le jeu de go résistait encore, mais pas au DeepMind de Google.

L’intelligence artificielle ne cesse pas de faire des progrès. Jusqu’à quel point la machine sera un jour capable de rivaliser avec l’humain ? On ne le sait pas encore. On sait par exemple que, en 1997, l’ordinateur Deep Blue d’IBM a battu le champion du monde Garry Kasparov aux échecs. Un succès qui démontre que les machines sont capables de rivaliser en matière de jeu de réflexion. En fait, seul le jeu de go résistait encore aux ordinateurs.

Grâce à l’intelligence artificielle, au deep learning en particulier, les machines sont déjà capables de rivaliser avec des amateurs de très bon niveau, mais pas avec des professionnels. Pourtant, en octobre 2015, le programme DeepMind de Google a réussi à battre le meilleur professionnel européen sur le score sans appel de 5 à 0. « C’est incroyable », s’enthousiasme Bruno Bouzy, chercheur en intelligence artificielle et spécialiste de la programmation des jeux de réflexion.

L’article publié dans la revue Nature explique que le programme DeepMind n’utilise en fait pas que le deep learning pour s’améliorer, mais aussi l’imitation de coups faits par un joueur humain, des jeux contre lui-même, ainsi qu’une méthode de fouille d’arbre Monte Carlo pour améliorer l’efficacité des calculs pour évaluer le meilleur coup à jouer. La machine est si humaine dans son jeu que Fan Hui explique que « Je n’ai pas du tout eu l’impression de jouer contre un ordinateur. Il joue comme un humain. D’habitude, on voit qu’on joue contre un ordinateur, car il fait des coups bizarres. Avec AlphaGo, il n’y avait pas de coups de ce genre, que des coups normaux. »

Alors que la machine est censée calculer plus vite que l’homme, bizarrement, le score a été plus serré en partie rapide avec un résultat de 3 à 2 pour l’ordinateur. L’explication est que la machine a besoin de temps alors que l’humain utilise son intuition.

Est-ce que DeepMind va se hisser à la hauteur Deep Blue ? Peut-être. Il est prévu que l’ordinateur AlphaGo affronte le Sud-Coréen Lee Sedol, le meilleur joueur de go mondial, en mars prochain. Qui va gagner, l’homme ou l’ordinateur ? La nette victoire 5-0 de la machine présage qu’elle est à la hauteur, elle a donc toutes ses chances de rivaliser, voire même de gagner. D’ailleurs, pour certains, si la machine ne gagne pas cette année, ce n’est que partie remise.

go-alphago-contre-fan-hui

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPrudence dans le surf, une faille compromet le mode InPrivate de Microsoft Edge
Article suivantApple travaille sur une technologie de chargement sans fil différente

Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j’ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l’information et l’actualité. De fil en aiguille, j’ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l’amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m’intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l’univers, ce qui s’est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l’impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l’impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here