Microsoft confie sa sécurité aux robots K5

[Vidéo] Depuis le 5 novembre, des robots K5 assurent la sécurité du campus de Microsoft.

Équipé de quatre caméras HD, dans chaque direction, le robot K5 est pratiquement capable de voir à 360°. Il est également équipé de divers capteurs organiques, par exemple pour détecter de la fumée, et bien évidemment de plusieurs alarmes s’il détecte quelque chose d’anormal. Conçu par la société californienne Knightscope, le K5 est décrit comme « une machine autonome » vu qu’il est doté d’un ordinateur et d’une intelligence artificielle qui le laissent prendre les décisions adéquates, sans oublier le GPS qui lui permet de savoir où il est.

Pour autant que les autorisations légales aient été demandées, le robot K5 est également capable de lire les plaques d’immatriculation et de vérifier s’il ne s’agit pas de véhicules volés.

À la différence des humains qui ont besoin d’une longue phase de sommeil de plusieurs heures, le K5 est capable de retrouver seul sa station de chargement. 15 à 20 minutes suffisent à lui redonner l’énergie nécessaire à 24 heures de patrouille.

Pour leur travail de gardien de sécurité, le K5 n’est pas seul. Grâce à sa connexion Wi-Fi, il peut avertir son centre de contrôle en cas de violation de la sécurité. Dans certains cas, ses caméras, associées à ses micros et à ses haut-parleurs, vont permettre à un téléopérateur d’interagir à distance avec quelqu’un. Via le robot qui fera office de relais.

Depuis le 5 novembre dernier, ce sont de tels robots K5 qui assurent la sécurité du Campus de Microsoft. Les employés, mais aussi les visiteurs, seront certainement surpris de prime abord de faire leur première rencontre avec un K5.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentQualité de service fixe : le casse-tête français
Article suivantBMW présente la technologie hybride de sa future Série 3

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here