Mission Rosetta : une première image couleur qui suscite des questions

Une première image en couleur prise par la sonde Rosetta vient d’être mise en ligne. Très spectaculaire, elle suscite des questions.

La comète 67P/Churyumov-Gerasimenko est devenue célèbre en raison de la mission Rosetta et Philae. Tout le monde a au moins vu une fois ce morceau de glace sous la forme d’une image en nuances de gris. Le fait qu’un cliché en couleur de la comète soit mis en ligne interloque tout le monde.

Alors que l’Agence spatiale européenne (ESA) a pour le moment qualifié la surface de la comète de « plus noire que le charbon » et qu’il avait été expliqué que les images proposées étaient retravaillées à l’ordinateur pour pouvoir quelque chose, la publication de ce cliché en couleur suscite des questions.

Est-ce que la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko est noire comme annoncée ou dans les teins rougeâtre comme le laisse supposer cette image ? L’ESA ne répond pour le moment pas à cette question. Les seules choses que l’on sait pour le moment, c’est que cette image a été obtenue par l’instrument Osiris de Rosetta, une caméra capable de prendre des images dans un large domaine spectral, et qu’elle sera utilisée lors d’une conférence intitulée « Color Variegation on 67P/Churyumov-Gerasimenko » organisée le 18 décembre Union à San Francisco par l’American Geophysical. C’est certainement à cette occasion que les détails de cette photographie seront divulgués.

En attendant ce rendez-vous, il est possible de spéculer sur ce cliché, comme imaginer que le flou de la comète serait dû à une superposition de plusieurs images prises avec des filtres rouges, verts et bleus. Ce flou proviendrait de la rotation de la comète entre les différentes prises de vue.

Si cette image représente bien la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko en vraies couleurs, cette révélation pourrait ouvrir de nouvelles perspectives.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSmartphones : comment sera le millésime 2015 ?
Article suivantAmazon : la menace des robots pour l’emploi

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here