Mission Rosetta : voulez-vous écouter le son de Tchouri ?

Voulez-vous écouter le son de la comète 67P/Churyumov-Gerisamenko ? C’est possible maintenant que l’ESA a publié l’enregistrement de ce qu’a enregistré Philae lors de son atterrissage.

Les données collectées par la sonde Rosetta et le module laboratoire Philae continuent d’être progressivement dévoilées au grand public. La dernière information communiquée est le son enregistré par l’atterrisseur lorsqu’il s’est posé sur la comète 67P/Churyumov-Gerisamenko.

Situé dans les pieds de Philae, l’instrument SESAME-CASSE a été allumé lors de la descente de l’atterrisseur. C’est de cette manière que le module a clairement pu enregistrer les sons, sous forme de vibrations, de son touché avec la comète le mercredi 12 novembre.

Klaus Seidensticker, de l’Institut de recherche planétaire de DLR, explique que « les données permettent de dire que le premier contact des pieds de Philae s’est fait avec une surface souple, éventuellement une couche de poussière, de plusieurs centimètres d’épaisseur avant de frapper une surface dure, probablement une couche de glace-poussière frittée, quelques millisecondes plus tard ».

Il précise également que l’enregistrement est le bruit exact des vibrations enregistrées, qu’aucune modification n’a été faite ni nécessaire, hormis quelques modifications techniques.

http://goo.gl/88ectb

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentLes mini-citadines veulent conquérir le monde
Article suivantCall of Duty : 10 milliards de dollars en 11 ans d’existence

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here