NASA : que faut-il attendre de l’annonce de la découverte d’eau sur Mars ?

La politique de communication de la NASA n’a pas toujours été très… limpide. Dès lors, que penser après l’annonce de la découverte d’eau sur Mars ?

Rappelons-nous. En 1996, la NASA avait annoncé avec grand fracas que la météorite martienne ALH 84001 était porteuse de traces de vie microbienne passée sur la Planète rouge. Si cette météorite a permis à l’agence d’assurer ses budgets d’exploration spatiale, par contre plus personne ne parle des fameuses traces microbiennes fossilisées.

Plus récemment, c’est d’une manière tout aussi spectaculaire que la NASA avant annoncé la découverte d’une bactérie qui aurait intégré la structure même du génome de l’arsenic, une découverte qui annonçait soi-disant une découverte en exobiologie mirobolante au sujet de la vie hors de la Terre. Malheureusement, cette bactérie s’est avérée bien plus ordinaire qu’annoncée.

De fait, comme le résume parfaitement Alexandra Witze, correspondante du journal scientifique Nature, « Si j’avais gagné un dollar à chaque fois que j’ai écrit qu’on avait trouvé de l’eau sur Mars… », cela dénote toute l’ambiguïté de la communication de la NASA qui n’est pas toujours très… limpide.

Dès lors, alors que la NASA vient d’annoncer la découverte d’eau sur la planète rouge, que penser de cette annonce présentée comme « une découverte scientifique majeure » ?
En fait, la presse scientifique s’est contentée de relayer cette information avec les précautions d’usage. Pour beaucoup, il ne s’agit en fait pas d’une véritable découverte ou révolution tant on parlait déjà d’eau sur Mars. « Il s’agit d’une avancée incrémentale, d’un pas supplémentaire et non d’une révolution », a par exemple relativisé Emily Lakdawalla, la blogueuse de la Planetary Society.

Il faut surtout dire que l’un des buts de la NASA est de découvrir de la vie extraterrestre, et comme l’eau est un élément indispensable à la vie selon notre conception, l’agence s’emballe souvent pour annoncer la découverte d’eau, sous toutes ses formes, que cela soit maintenant ou dans un passé lointain.

D’ailleurs, il faut se rappeler que le mot d’ordre du programme américain d’exploration martienne était « Follow the water » (« Suivez l’eau ») il y a encore peu. Aujourd’hui, le but du programme est carrément passé au stade supérieur, celui de rechercher des signes de vie.

Alors qu’il s’agit de négocier de nouveaux programmes, ceci explique cela, et c’est certainement pour cette raison que la NASA a tendance à quelque peu surmédiatisé certaines annonces, car il s’agit bien évidemment de déclencher une certaine flamme auprès des contribuables et surtout des politiciens qui décident des budgets de l’agence
Et visiblement cela fonctionne vu que le représentant Républicains Lamar Smith (Texas) s’est déjà empressé de déclarer aux médias : « L’eau est l’une des ressources les plus précieuses et nécessaires à une mission humaine vers la Planète rouge ». « Plus nous trouvons de preuves de sa présence, plus je suis encouragé à soutenir de futures missions vers Mars », a-t-il encore ajouté, lui qui est le président à la chambre du comité sur la science, l’espace et la technologie.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentHero+ : GoPro étoffe son entrée de gamme avec une nouvelle caméra
Article suivantC’est ce mercredi qu’OS X El Capitan va succéder à Yosemite

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here