Neutralité du net : Facebook ouvre le projet Internet.org

Accusé d’aller à l’encontre des principes de la neutralité du net, Facebook annonce l’ouverture de son projet Internet.org à tous les développeurs.

Par le biais de son initiative Internet.org, Facebook, soutenu par des entreprises telles que Samsung, Nokia, Ericsson ou Qualcomm, compte donner accès gratuitement à internet aux populations qui n’y ont pas encore accès.

C’est par le biais d’une application mobile englobant des services de base que cet accès est proposé.

Depuis son lancement en Zambie en été dernier, l’application a été proposée dans une dizaine de pays d’Afrique et d’Asie. Le dernier en date étant l’Inde.

C’est justement dans ce dernier pays que la polémique a éclaté. Plusieurs partenaires locaux ont en effet critiqué l’application Internet.org qui remet en cause, selon eux, le principe garantissant un traitement égal pour tous les services en ligne, c’est-à-dire la neutralité du net.

En réponse à cette accusation, Mark Zuckerberg a annoncé lundi l’ouverture d’Internet.org à tous les développeurs, pour que la plateforme puisse être conçue « de manière à ce que n’importe qui puisse construire des services de base gratuits ».

Dans son message vidéo, le PDG de Facebook déclare : « La neutralité du net ne devrait pas empêcher l’accès au net. Nous avons besoin des deux ». « Notre vision est de donner aux gens davantage d’accès à des services gratuits au fil du temps […] il n’est pas soutenable d’offrir tout l’internet gratuitement », a-t-il prévenu. « Aucun opérateur ne pourrait se le permettre ».

De fait, si Internet.org s’ouvre à tous les développeurs, cela ne signifie pas pour autant que tous les projets seront acceptés. Certaines règles ont été mises en place, des critères à respecter pour être accepté.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWindows 10 : le Media Center à la trappe
Article suivantHTC : pas d’Android Lollipop pour les One Mini et Mini 2

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here