New Horizons : la NASA publie un comparatif de la glace des lunes de Pluton

Depuis que la sonde américaine New Horizons est passée à proximité de Pluton, on a beaucoup parlé de la planète naine. Cette fois, la NASA se penche sur ses lunes en proposant un comparatif de leur glace.

Depuis son lancement le 19 janvier 2006, la sonde New Horizons a fait un très long voyage dans le but d’aller observer de plus près Pluton. C’est le 14 juillet 2015, vers 06 h 50, qu’elle est passée au plus près de la planète naine en la frôlant à 12 400 km de distance. Depuis, la NASA communique abondamment sur les découvertes faites par la sonde.

Pluton a bien évidemment été au centre de l’attention, mais également ces lunes. C’est ainsi que l’agence a aussi révélé les formes exactes de Nix et Hydre, sans oublier Charon.

De la glace sur les lunes de Pluton

Alors que la surface de Pluton se compose d’un mélange de glace d’eau, de glaces de méthane, d’azote et de monoxyde de carbone, les analyses spectrales réalisées par la sonde New Horizons ont permis de découvrir que ses lunes sont couvertes de glace d’eau. Pour donner des indices supplémentaires sur la formation du système de satellites de la planète naine, la NASA vient de publier un comparatif de la glace mesurée sur Charon, Nix et Hydre. L’analyse a été réalisée par l’instrument LEISA (Linear Etalon Imaging Spectral Array).

Comparatif de l'analyse spectrale de la composition de Charon, Nix et Hydra par rapport à de la glace d'eau pure.
Le comparatif proposé par la NASA permet de découvrir que la glace de Nix est pratiquement pure. Selon les scientifiques de l’agence spatiale américaine, cela pourrait signifier que « les petits satellites de Pluton ont probablement tous été formés à partir du nuage de débris causé par l’impact d’une petite planète sur une Pluton plus jeune », a expliqué Hal Weaver, un scientifique du projet New Horizons rattaché à l’Université Johns Hopkins.

« Nous nous attendions à découvrir un matériau similaire. La signature forte de l’absorption de l’eau-glace sur les surfaces des trois satellites ajoute du poids à ce scénario. Bien que nous n’ayons pas recueilli d’analyse spectrale des deux plus petits satellites de Pluton, Styx et Kerbéros, leur haute réflectivité démontre que leur surface doit être faite d’eau de glace ».

Par contre, les différences spectrales entre Nix et Hydra soulèvent de nouvelles questions. Les scientifiques s’interrogent sur les raisons qui expliquent les différentes textures de glace entre ces deux lunes en dépit de leurs tailles similaires.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa NASA s’allie à American Airlines pour la formation des pilotes
Article suivantQuelles sont les nouvelles expériences à destination de l’ISS ?
Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j'ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l'information et l'actualité. De fil en aiguille, j'ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l'amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m'intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l'univers, ce qui s'est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l'impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l'impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here