New Horizons : une calotte glaciaire polaire pour Pluton ?

Des clichés pris par la sonde New Horizons suggèrent que Pluton pourrait avoir une calotte glaciaire polaire.

Alors que la sonde américaine New Horizons est toujours en train de se rapprocher de Pluton, elle a pris 13 images à la mi-avril alors qu’elle se trouvait encore à 113 millions de kilomètres de la planète naine.

Ces clichés révèlent des régions lumineuses et sombres à la surface de Pluton, des caractéristiques lumineuses déjà détectées par le télescope spatial Hubble.

Selon Alan Stern, le responsable scientifique de la mission New Horizons au Southwest Research Institute, les zones brillantes qui réfléchissent la lumière pourraient signaler la présence de glace au pôle, probablement de la glace ou de la neige d’azote. « On commencera à pouvoir interpréter scientifiquement les images envoyées par New Horizons dans les prochaines semaines, à mesure que leur qualité va s’améliorer », a-t-il précisé.

Les images présentées mercredi sont déjà « incroyables » par le simple fait que ce sont les premières images qui permettent de distinguer des détails de la surface de Pluton, ce qui nous révèlent déjà « sa complexité » fait remarquer le scientifique.

« Nous pouvons seulement imaginer les surprises qui nous attendent lorsque New Horizons passera à environ 12 500 km de la surface de Pluton cet été », a lancé Hal Weaver, un scientifique de la mission au Laboratoire de physique appliquée de l’Université Johns-Hopkins.

Alors que l’on sait encore très peu de choses sur Pluton, la mission New Horizons va certainement livrer beaucoup de réponses aux nombreuses interrogations que l’on se pose au sujet de cette plaine naine, un astre plus petit que notre lune.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTechnocité participe à la journée porte ouverte du programme « plus haut »
Article suivantLes applications Android et iOS arrivent sur Windows 10
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here