Nexus 6 vs Samsung Galaxy Note 4 : quelle est la meilleure phablette du marché ?

Entre la Nexus 6 de Google et la Galaxy Note 4 de Samsung, quelle est la meilleure phablette Android du marché ?

Plutôt que de contribuer au clivage entre le monde Android et celui d’iOS, il est aussi possible de se focaliser sur l’écosystème au petit robot vert et d’essayer de déterminer quelle est la meilleure phablette du moment sous Android, ce qui va opposer la Nexus 6 de Google et la Galaxy Note 4 de Samsung.

Ce match entre la Nexus 6 et la Galaxy Note 4 oppose les deux dernières tablettes du marché, un comparatif qui se base uniquement sur les spécifications alors que l’utilisation de l’un ou l’autre des deux appareils pourrait donner un autre verdict.

La première différence est que la Galaxy Note 4 est déjà disponible alors que la Nexus 6 ne l’est pas encore. Vu que l’on aborde la commercialisation, il est bon de dire que le prix du premier est à partir de 729€ alors que le tarif du second démarre à 649€.

En tant que phablettes, les deux modèles en compétition sont des smartphones gigantesques. Le Samsung Galaxy Note 4 mesure 153,5 x 78,6 x 8,5mm pour un poids de 176 grammes alors que le Nexus 6 mesure 159,3 x 83 x 10,1mm pour un poids de 184 grammes. La différence de taille s’explique par un écran de 5,7 pouces contre 5,96 pouces.

Au niveau design, le Nexus est métallique et résistant à l’eau, alors que le Galaxy embarque en plus un lecteur d’empreintes digitales, un scanner UV, un moniteur de fréquence cardiaque et S-Pen. Au niveau des coloris, le premier est disponible en bleu minuit ou nuage blanc, alors que son homologue existe en noir, blanc, rose ou or cuivré.

Avec des densités d’affichage de 515 ppi et 493 ppi, les deux écrans sont pratiquement au coude à coude alors qu’ils sont tous les deux protégés par un verre Gorilla Glass 3 et basés sur la technologie AMOLED.

Du point de vue des performances, le Galaxy Note 4 embarque un processeur Qualcomm SnapDragon 805 couplé à un GPU Adreno 420, associé à 3 Go de RAM, des spécifications identiques à celles du Nexus 6. Les deux appareils sont également identiques au niveau du stockage 32 Go, alors que le modèle de Samsung est également disponible en version 64 Go. L’atout de la phablette sud-coréenne est qu’elle dispose d’une extension de l’espace de stockage par microSD.

Match nul côté connectivité vu que les deux appareils sont compatibles 4G, Wi-Fi 802.11ac, NFC, Bluetooth 4.1, GPS, DLNA, etc.
Du point de vue photographique, le Galaxy Note 4 se différencie avec un capteur de 16 mégapixels contre 13 mégapixels pour le Nexus 6, dans les deux cas avec stabilisateur d’image. Même avantage pour le capteur frontal avec un 3,7 mégapixels contre un 2 mégapixels.

Les deux phablettes sont dotées d’une batterie de 3220 mAh supportant la charge rapide. Alors que l’autonomie devrait être similaire, le Nexus 6 profite d’Android Lollipop qui est nettement moins gourmand en énergie que KitKat. Au sujet de l’autonomie, le Galaxy Note 4 profite du mode Ultra Power Saving qui peut prolonger notoirement la durée de vie d’une charge, ce qui compense grandement le handicap de la version d’Android.

En tant que produit Google, le Nexus 6 est bien évidemment proposé sans surcouche constructeur, ce qui n’est pas le cas du Galaxy Note 4 qui embarque l’interface TouchWiz.

Au final, les deux appareils sont relativement proches à tous points de vue. Recommander l’un ou l’autre est très difficile. Le verdict repose donc sur un test réel, sur le feeling à l’usage de l’un ou l’autre des deux appareils.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPhilae : entre euphorie et inquiétudes
Article suivantOffice 365 : plus d’intelligence pour la messagerie

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here