Nintendo : comment rebondir après une année noire ?

Avec une Wii U qui se vend mal, une 3DS en deçà des prévisions, des jeux en recul, les ventes de Nintendo plongent le groupe dans le rouge au point que la firme japonaise songerait sérieusement à changer de stratégie.

Sur la base des neuf premiers mois de son exercice comptable, Nintendo prévoit un déficit d’exploitation de 35 milliards de yens et une perte nette de 25 milliards de yens en mars, au bouclement des comptes annuels. Le constat est que ces mauvais résultats sont essentiellement dus au recul des ventes de 7,1%.

En effet, malgré les gros efforts marketing entrepris lors des fêtes de fin d’année, les ventes n’ont pas décollé. À l’heure actuelle, ce sont 5,86 millions de Wii U qui ont trouvé preneur sur les 9 millions prévues, une mévente qui touche également la 3DS.

Pires que cela, vu que le microcosme de Nintendo est propriétaire, ces mauvaises ventes de consoles pénalisent par effet de bord les ventes de jeux ! De fait, c’est tout Nintendo qui est en crise, une crise essentiellement liée à son modèle économique.

Si les autres consoles de jeu sont une concurrence, la montée en puissance continue des smartphones et tablettes pèse également sur le marché des jeux. De fait, une solution pourrait être d’adapter les célèbres Mario et Zelda à ces plateformes, comme certains experts le recommandent.

Est-ce que c’est ça l’avenir de Nintendo, un renforcement de son activité d’auteur sur d’autres plateformes ? Possible… il faudra attendre le 30 janvier, date normalement prévue pour une présentation de la stratégie de rebond du groupe nippon.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentThe Pirate Bay : l’échec du blocage hollandais
Article suivantObservatoire des Libertés et du Numérique : la vigilance face à la protection de la vie privée
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here