Nintendo va augmenter son offre de titres à bas prix

Dans le but de redresser ses résultats, Nintendo va augmenter son offre de titres à bas prix et de jeux simples pour faire face à la concurrence des téléphones intelligents.

Devant faire face à la vivre concurrence des téléphones intelligents, Nintendo est en mauvaise santé. Pour les neuf premiers mois de son exercice actuel, le pionnier japonais du jeu vidéo enregistre un recul de ses ventes de 11% sur un an.

Dans son rapport, Nintendo se plaint des mauvaises ventes en Europe et aux États-Unis de la gamme de consoles portables 3DS. « Le fait que la New Nintendo 3 DS ne soit pas encore sur les marchés européen et américain a joué », explique Satoru Iwata, le patron du groupe japonais.

Il ajoute qu’il ne sera pas question cette fois de baisser le prix des consoles pour en vendre plus au cours des prochains mois, « nous n’en avons pas l’intention ». Pour redresser la barre, il annonce que Nintendo veut venir rivaliser les téléphones intelligents sur son propre terrain avec des versions pour 3DS de jeux pour mobiles, une offre plus large de titres bon marché, des adaptations de jeux-vedettes anciens et des versions d’essai gratuit pour davantage de titres phares.

La stratégie de Nintendo est de « vouloir donner plus de choix qu’auparavant aux joueurs », explique Satoru Iwata.

Il indique également que son objectif est de « revenir à un niveau de profit digne de Nintendo » durant l’exercice 2016-2017, en précisant « cibler environ 100 milliards de yens, un seuil espéré par les détenteurs d’actions ». D’ici là, le bénéfice d’exploitation attendu pour l’année comptable en cours (2014-2015) ne dépassera pas 20 milliards de yens et le bénéfice net 30 milliards.

Suite à ces propos, le titre Nintendo a progressé de 3,5% à 11 675 yens ce vendredi à la Bourse de Tokyo.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTéléphonie : la France plébiscite les forfaits sans engagement
Article suivantApple va enfin intégrer Beats Music à iOS

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here