Notre santé intéresse aussi Facebook

Il n’y a pas que Google et Apple qui s’intéressent à nos données de santé, ce serait aussi le cas de Facebook. Le réseau social serait en train de plancher sur la chose.

À l’instar des solutions mises en place par Google et Apple, la santé des internautes est au cœur des préoccupations des géants de l’internet. Il semble donc logique que Facebook lorgne également sur ce marché.

Concrètement, le réseau social serait en train de plancher, en secret, sur la création de groupes de soutien en ligne aux utilisateurs souffrant de certaines maladies, mais des applications proposant des soins préventifs seraient également à l’étude.

Pour autant que cette rumeur soit avérée, elle risque de provoquer un gros problème. En effet, aux États-Unis, la législation prévoit qu’il est impossible de faire de la publicité dans le domaine de la santé, qu’il serait donc interdit à l’industrie pharmaceutique de faire de la publicité sur Facebook. De fait, pour quelles raisons le réseau social se lancerait sur ce marché sans monétisation supplémentaire à la clé ?

Pour tenter de répondre à cette question, on peut se remémorer les expérimentations sur les émotions de ses utilisateurs révélées en début d’année, ce qui pourrait laisser à penser que la monétisation pourrait se faire en coulisses ! Mais comme une plainte a été déposée auprès des autorités de régulation américaines pour violation des règles de protection de la vie privée, il n’est pas certain non plus que cela soit la bonne solution pour Facebook.

De fait, la question de savoir pourquoi le réseau social veut se lancer dans le domaine de la santé semble secondaire. La véritable question est de savoir que va faire Facebook pour monétiser ces données.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMIT : un laboratoire au chevet de Twitter
Article suivantOcéanique : l’espace au service de la cartographie sous-marine
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here