Océanique : l’espace au service de la cartographie sous-marine

Alors que la précédente carte de la topographie des fonds marins date d’il y a 20 ans, les scientifiques recourent à la précision des satellites pour établir une nouvelle carte deux fois plus précise.

Grâce à l’utilisation des altimètres à haute résolution des satellites CryoSat 2 de l’Agence spatiale européenne (ESA) et Jason 1 de la l’Agence spatiale américaine (NASA), des scientifiques ont pu établir une carte de la topographie des fonds marins deux fois plus précise que la précédente carte qui datait d’il y a 20 ans.

Mais plus important encore, alors que 80% de l’espace sous-marin n’était pas correctement cartographié, cette nouvelle carte a permis de découvrir des caractéristiques jusque-là inconnues du plancher océanique. C’est par exemple de cette manière que des milliers de montagnes sous-marines ont été découvertes, des sommets qui peuvent tout de même atteindre des altitudes de plus de 1 000 mètres.

Comme l’explique David Sandwell, principal auteur de l’étude publiée dans la revue Science, « vous pouvez maintenant voir très clairement les collines abyssales qui sont le paysage le plus commun sur la planète ».

Techniquement parlant, les scientifiques ont utilisé les données des altimètres des satellites qui mesurent la hauteur de l’eau à la surface des océans grâce à une série d’impulsions d’ondes radar.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentNotre santé intéresse aussi Facebook
Article suivantEvernote veut des fonctionnalités autre que la simple prise de notes
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here