Opel : la 5e génération de Corsa relève le défi

Alors que plus de 12 millions d’exemplaires de la Corsa ont déjà été vendus, le défi est grand pour la 5e génération de la petite citadine.

Une Corsa 5 toujours taillée pour la ville

Depuis son premier tour de roue en 1982, l’Opel Corsa a été vendue à plus de 12 millions d’exemplaires dans le monde, un joli succès pour la marque allemande. Au moment de proposer une 5e génération de la petite citadine, le défi est donc grand de savoir si la nouvelle version va séduire autant les automobilistes. Face une rude concurrence, la mission s’annonce compliquée.

Pour séduire, la Corsa compte sur un centre de gravité abaissé, au choix par un châssis, Confort ou Sport, des motorisations diesel de 75 et 95 chevaux, ainsi qu’essence de 70 à 115 chevaux, dont notamment l’inédit moteur 3 cylindres 1.0 Turbo de 115 chevaux, entièrement en aluminium.

La 5e génération de Corsa hérite d’un habitacle fortement retouché, nettement plus sobre que dans les versions précédentes. Il faut noter le système multimédia IntelliLink avec son écran tactile de 7 pouces et des possibilités de commandes vocales.

Alors que la Corsa est doté en série d’un équipement généreux pour de jeunes conducteurs, Opel compte également proposer plusieurs options, packs et autres en supplément, comme les phares bixénon, le détecteur d’angle mort, l’avertisseur de changement de voie intempestif, l’assistant feux de route ou encore l’indicateur de distance de sécurité.

Dernier point, c’est à partir de la fin de l’année que la nouvelle Corsa sera mise en vente.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentProjet Ara : Google est en train d’imaginer un « Ara Store »
Article suivantRencontres sans frontière avec Tinder

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here