Open Automotive Alliance : Google crée une alliance ouverte pour l’automobile

Il est de notoriété publique qu’Apple vise le marché des voitures avec son iOS. Google vient de riposter en créant l’Open Automotive Alliance, une alliance ouverte visant à imposer Android dans les voitures.

Les rumeurs prévoyaient que Google allait annoncer une alliance avec Audi lors du Consumer Electronics Show 2014 (CES 2014) de Las Vegas. La surprise est de taille vu que, en réalité, c’est une alliance ouverte qui vient d’être dévoilée avec quatre constructeurs automobiles : General Motors, Honda, Hyundai et Audi. À cette alliance baptisée Open Automotive Alliance, il faut encore ajouter la présence du fabricant de puces NVidia.

Avec Open Automotive Alliance, Google semble vouloir reprendre le concept lancé en 2007 par l’Open Handset Alliance, une alliance qui avait permis d’imposer Android dans les terminaux mobiles.

Le but de cette Open Automotive Alliance est bien évidemment de développer un écosystème commun, mais surtout de faire bénéficier le conducteur de la sécurité. Alors que les constructeurs étaient jusqu’à maintenant habitués à concevoir des systèmes propriétaires, il s’agit d’une véritable révolution qui se dessine à l’horizon.

D’ailleurs, l’initiative de cette révolution pourrait bien revenir à Apple vu que la firme de Cupertino avait annoncé, en novembre dernier, une version spécifique d’iOS pour l’automobile. De fait, Google ne semble qu’emboiter le pas…

À l’instar de tous les autres objets connectés qui commencent à pulluler, la voiture connectée se profile donc à l’horizon. D’ailleurs, plusieurs véhicules de ce nouveau genre devraient déjà être commercialisés avant la fin de cette année, avis aux amateurs.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSamsung : un virage vers un nouveau modèle économique
Article suivantCES 2014 : la France connectée s’expose

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here