Opera : retour de l'accélération matérielle dans la version 21

En annonçant la disponibilité de la version 21 de son navigateur, Opera Software signe le retour de la prise en charge de l’accélération matérielle.

Opera 21 est désormais disponible pour Windows et OS X. Cette dernière version signe le grand retour de la prise en charge de l’accélération matérielle dans le navigateur de l’éditeur Opera Software.

Si Opera 21 utilise les interfaces de programmation Core Animation fournies par Apple pour tirer parti au mieux du matériel sous OS X, en faisant directement exécuter les éléments graphiques par le GPU, c’est sur la plateforme Chromium en version 34, Aura, qu’Opera 21 s’appuie dans le cas de la version Windows.

Aura, le gestionnaire de fenêtres du système Chrome OS, propose un affichage beaucoup plus fluide des différents éléments de l’interface utilisateur, ce qui la rend ainsi plus réactive.

Hormis cela, cette nouvelle version d’Opera intègre quelques nouvelles options accessibles par l’intermédiaire de « opera://flags » dans la barre d’adresse. Il s’agit par exemple de #delay-onload, pour ne pas exécuter les scripts d’une page tant que l’onglet n’est pas actif, ou de #tab-hibernation pour passer un onglet en mode d’hibernation en cas d0inactivité pendant 40 secondes.

Pour finir, il faut encore signaler que quelques ajustements ont été faits au niveau de l’interface, par exemple au niveau de la barre d’adresse ou encore avec une amélioration de la prise en charge du clavier sous OS X pour une meilleure compatibilité.

Opera 21 passe à l'accélération matérielle
Opera 21 passe à l’accélération matérielle

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentApple : plus d'iPhone 4 pour l'Inde
Article suivantAscend P7 : Huawei choisit Paris pour dévoiler son nouveau fleuron

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here