Orange veut répondre aux besoins avec la fibre optique

Alors que les besoins des foyers français ne cessent d’augmenter, l’objectif d’Orange est d’y répondre avec la fibre optique.

En 2009, on comptait 4 écrans par foyer. Ce chiffre est passé à 6,5 écrans en 2014 et devrait atteindre 13 écrans en 2022. Pour répondre aux besoins des particuliers, professionnels et entreprises, Orange a décidé de jouer à fond la carte de la fibre optique en décidant d’investir 3 milliards d’euros dans la fibre.

Son ambition est de passer de 4 millions de logements raccordables en avril à 12 millions en 2018 et 20 millions en 2022. Déjà présent dans plus de 530 communes Orange prévoit de déployer la fibre à l’horizon 2022, dans 3 600 communes, ce qui inclut l’ensemble des grandes villes et des villes moyennes, soit près de 60% des foyers français.

En parallèle, pour les territoires qui n’ont pas vocation à être couverts par la fibre à court ou moyen terme, l’opérateur prévoit des solutions alternatives pour aller aussi en direction du Très Haut Débit, que cela soit par la modernisation du réseau cuivre ou des solutions satellitaires.

C’est dans cette même logique qu’Orange vise la couverture à 100% pour neuf nouvelles villes à fin 2016 : Bayonne, Brest, Caen, Lyon, Lille (Villeneuve-d’Ascq, Marcq-en-Barœul, Wasquehal, Lezennes, La Madeleine, Lambersart, Mons-en-Barœul), Metz, Montpellier, Nice et Paris.

Grâce à la technologie FTTH (Fiber to the Home) qui amène la fibre jusque chez le client, les clients Jet et Fibre Pro bénéficieront d’un débit proche du Gigabit sur le territoire métropolitain à partir de fin avril. Avec un tel débit, tous les écrans peuvent profiter simultanément d’internet, ce qui donne une nouvelle dimension au partage des données, aux divertissements et l’expérience utilisateur avec l’émergence des nouvelles technologies que sont le streaming et les écrans 4K, les caméras 360°, etc.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle : une enquête européenne s’achève, une autre s’ouvre
Article suivantNew Horizons : première image couleur de Pluton et Charon

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here