Paléontologie : découvertes des plus anciennes peintures rupestres au monde

Empreinte de main datant de 39 900 ans, dans l'île de Sulawesi.
Empreinte de main datant de 39 900 ans, dans l’île de Sulawesi.

Alors que l’Europe pouvait s’enorgueillir d’avoir les plus anciennes représentations picturales grâce à Cro-Magnon, une découverte en Indonésie bouleverse la donne avec une empreinte de main datant de 39 900 ans.

C’est dans une grotte de l’île de Sulawesi que des paléontologues ont découvert l’empreinte d’une main datant de 39 900 ans. Cette découverte est majeure, car jusqu’à présent, c’est l’Europe qui s’enorgueillissait de procéder la plus ancienne représentation picturale grâce à Cro-Magnon.

Alors que les grottes indonésiennes de l’île de Sulawesi sont connues depuis plusieurs années, les paléontologues avaient déjà établi qu’elles se trouvent sur le passage des premières migrations qui conduisirent l’homme moderne de l’Afrique vers l’Australie, il y a cela quelque 50 000 ans.

Une peinture rupestre à Maros, sur l'île indonésienne de Sulawesi.
Une peinture rupestre à Maros, sur l’île indonésienne de Sulawesi.

C’est en datant douze empreintes de mains et deux formes animales réparties dans sept grottes que les paléontologues ont déterminé que ces « peintures » ont été réalisées il y a 39 900 ans, grâce à la pulvérisation d’un pigment en poudre sur une main apposée contre la paroi.

Alors que le motif le plus ancien, un disque rouge tracé dans la grotte d’El Castillon (Espagne) est daté d’il y a 40 800 ans, l’invention simultanée de leur pictural par deux populations humaines situées aux antipodes interpelle les paléoanthropologues. S’agit-il de hasard ? Ou est-ce que la peinture pariétale existait déjà avant même qu’ils quittent l’Afrique, il y a 70 000, 80 000 ou même 100 000 ans ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMicrosoft dément la mort des Surface
Article suivantGoogle désolidarise Hangouts du navigateur
Une fille dans l'informatique était mal vue à l'époque de mes études. C'est pour cette raison que l'on m'a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m'a plu. C'est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l'information m'a poussé à suivre des cours de journalisme. Comme j'avais la propension de centraliser l'actualité technologique, un ami m'a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C'est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l'aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m'intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here