Parrot : les jouets connectés se dévoilent au CES 2014

Après son AR Drone, Parrot récidive en proposant deux joués connectés étonnants : un quadricoptère volant et un bolide à deux roues.

Le succès de l’AR Drone n’est certainement pas pour rien dans la sortie du Mini Drone et du Jumping Sumo, les deux nouveaux jouets connectés présentés par Parrot lors du CES 2014.

Avec son look d’insecte directement dérivé de l’AR Drone, le Mini Drone se caractérise par ses quatre rotors, tout un assortiment de capteurs et de gyroscopes destiné à améliorer son pilotage, mais aussi de deux grandes roues pour pouvoir le faire rouler au sol… ou plafond !

Pesant environ 70 grammes, ce jouet connecté se pilote à distance via Bluetooth grâce à une application mobile pour smartphone ou tablette. Il faut préciser que la batterie est rechargeable micro-USB et qu’elle devrait garantir une autonomie d’environ 8 minutes. Son prix et sa date de disponibilité ne sont par contre pas encore disponibles.

Hormis le Mini Drone, Parot présente également son Jumping Sumo, un véhicule terrestre connecté à deux roues. Cette fois-ci piloté via Wi-Fi, mais aussi par une application mobile, cet engin a la particularité de disposer de deux grandes roues caoutchoutées autonomes qui permettent de tourbillonner sur place ou de prendre des virages extrêmes. Une fonctionnalité supplémentaire lui permet même de bondir à près de 80 cm de haut !

Il est à noter que la caméra VGA située dans le nez du Jumping Sumo retransmettra les images comme si on était à l’intérieur du véhicule, et que sa batterie lui garantit une autonomie d’une vingtaine de minutes. Là encore, son prix et sa date de disponibilité ne sont pas encore disponibles.

Il est certain que le Mini Drone et le Jumping Sumo sont des jouets connectés, mais il n’est pas certain que cela soit des jouets parfaitement adaptés aux enfants, mais plutôt aux « grands » enfants !

PARROT MINI DRONE

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRachat de SnappyLabs : Apple prépare iOS 8 ?
Article suivantCES 2014 : NVIDIA organise une keynote pour dévoiler son SoC Tegra K1

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here