Passeport : BlackBerry compte sur son smartphone carré

En dévoilant son Passeport, un surprenant smartphone équipé d’un écran carré, BlackBerry compte relancer ses ventes, notamment du côté des entreprises.

Après un gros passage vide, BlackBerry tente tant bien que mal de remonter la pente. Face à la tendance du BYOD (Bring Your Own Device), la reconquête des entreprises s’annonce compliquée. Pour y parvenir, la marque canadienne compte sur l’originalité de son nouveau smartphone : le Passeport.

Comme son nom l’indique, le Passeport doit son nom au fait qu’il possède le même format qu’un passeport. Rompant avec les conventions actuelles, BlackBerry a donc donné un autre format à son terminal, mais l’a surtout équipé d’un insolite écran carré.

Grâce à ce ratio totalement nouveau, l’écran 4,5 pouces du Passeport dispose de la même surface d’affichage qu’un appareil classique de 5 pouces au format 16:9. L’avantage du nouveau format est que les documents sont plus lisibles, typiquement les feuilles Excel chères aux professionnels. A contrario, ce format est par contre moins indiqué pour visionner des vidéos.

Il est encore à souligner que le Passeport dispose d’un écran tactile, mais également d’un vrai clavier à touches mécaniques, un clavier qui est aussi tactile vu qu’il suffit de glisser son doigt sur les touches pour par exemple faire défiler une page.

Du point de vue logiciel, le Passeport fonctionne bien évidemment avec BlackBerry 10, ce qui permet de retrouver le système Balance, pour bien partager les applications personnelles et les applications professionnelles.

Dernier point, le Passeport sera proposé aux environs de 600 euros.

BlackBerry veut séduire les entreprises avec un smartphone carré
BlackBerry veut séduire les entreprises avec un smartphone carré

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 1]
PARTAGER
Article précédentiPhone 6 vs iPhone 6 Plus : le bestseller est le petit écran
Article suivantMercedes Benz : la C63 AMG 2015 se dévoile en photos

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here