Piratage : les séries télévisées au cœur du problème

Le piratage n’est pas uniquement un problème lié au cinéma ou à la musique, il touche de plus en plus la télévision au point de devenir un gros problème pour la profession.

Si le piratage des séries télévisées a débuté à l’époque de « Dallas » ou de « Alerte à Malibu », le phénomène n’a pas cessé de croitre avec des séries comme « Game of Thrones », « House of Cards », « Breaking Bad » et autres… Par exemple, si un épisode de « Game of Thrones » capte 4 200 00 téléspectateurs, ce sont quelques 4 280 000 de téléchargements qui vont suivre.

Comme l’affirme Tim Westcott, analyste au cabinet de conseil des médias IHS Screen Digest, « le piratage des séries télévisées est devenu un souci majeur pour la télévision, au même titre que pour le cinéma ».

Alors que le marché de la télévision payante représente plus de 184 milliards de dollars aux États-Unis, le potentiel mondial des séries est énorme. Dès lors, au même titre que le cinéma et la musique, les producteurs de télévision devront trouver des solutions pour convaincre les téléspectateurs de regarder légalement toutes ces séries.

Une solution pourrait provenir de l’exemple Netflix, un service de vidéos en streaming très répandu aux États-Unis. La série « House of Cards » a typiquement été produite pour Netflix. Mais il s’agit pour le moment d’une goutte d’eau dans l’océan des contenus téléchargés illégalement.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentWindows Phone 8 : un quasi-monopole signé Nokia
Article suivantYouTube : bientôt du visionnage « hors ligne »

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here