Pixel C : Google dévoile une tablette tactile de 10,2 pouces

La gamme Pixel de Google était jusqu’à présent composée d’ordinateurs Chromebook. Depuis mardi soir, une tablette tactile rejoint l’offre du géant de l’internet.

La conférence de mardi soir a été l’occasion pour Google de présenter le Pixel C, un nouvel appareil de la gamme Pixel. Mais plutôt que d’être un ordinateur Chromebook comme ses prédécesseurs, il s’agit cette fois d’une tablette tactile.

Avec son écran de 10,2 pouces et un certain de ressemblance avec la Surface, la cible semble être venir concurrencer la tablette de Microsoft.

Avec son châssis en aluminium, ses lignes et ses finitions, ce Pixel C appartient clairement à la gamme Pixel.

Plus généralement, l’ergonomie de cette tablette est traditionnelle, avec un bouton de mise sous tension, les deux boutons de contrôle du volume et un émetteur infrarouge.

La petite originalité est à chercher du côté des quatre microphones qui équipent le Pixel C, des micros extrêmement sensibles qui permettent à l’utilisateur de ne pas devoir crier pour activer Google Now.

Techniquement parlant, ce Pixel C est doté d’un écran de 10,2 pouces (2 560 x 1 440 pixels) avec une luminosité de 500 nits. Sous son capot, il abrite un processeur Tegra X1 associé à 3 Go de RAM (LPPDR4), d’un espace de stockage de 32 Go ou 64 Go. La tablette a aussi droit à un port USB Type-C.

Autre originalité du Pixel C, Google propose un clavier qui permet de transformer la tablette en un véritable ultraportable, un clavier qui a la particularité de pouvoir se recharger par induction.

Côté prix, le Pixel C est annoncé à 499 dollars en configuration 32 Go et à 599 dollars en version 64 Go. Le clavier sera quant à lui vendu 149 dollars.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédent67P/Tchourioumov-Guérassimenko : pourquoi une forme de « canard » ?
Article suivantONU : Mark Zuckerberg prône l’opportunité de construire une communauté mondiale unie

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here