Planter des patates sur Mars, c’est l’idée que veulent tester la NASA et le CIP

Il n’est pas certain que des baraques à frites soient un jour installées à la surface de Mars. Par contre, il est certain que l’intention de la NASA est d’essayer de faire pousser des pommes de terre sur la planète rouge.

Dans le film « Seul sur Mars », le héros fait pousser des pommes de terre sur la planète rouge. Est-ce que c’est possible ? Impossible à dire pour le moment vu que cela n’a pas encore été testé. Cela serait certainement souhaitable en tant que nourriture pour les personnes qui coloniseront la planète.

En fait, cette idée est très sérieuse vu que la NASA s’y intéresse de très près. En association avec le Centre international de la pomme de terre (CIP), l’agence américaine compte lancer une expérimentation dans le but de déterminer si les patates peuvent pousser sur Mars.

L’essai ne se fera bien évidemment pas sur la planète rouge, mais dans un centre de recherche au Pérou. Les scientifiques vont y reproduire « les conditions atmosphériques, la température, la gravité, le sol et les niveaux de radiation ». Neuf variétés de pommes de terre, sélectionnées pour leur résistance, seront plantées dans le cadre de ce test. De la terre de la pampa de la région d’Arequipa, au sud du Pérou sera utilisée, une terre étudiée depuis 2005 pour sa ressemblance avec le sol martien. « Environ 80kg de la terre de la Pampa de la Joya seront apportés à Lima pour y planter des pommes de terre », a expliqué Julio Valdivia Silva, un scientifique péruvien.

La pomme de terre péruvienne, particulièrement résistante, a réussi à s’implanter un peu partout sur Terre, même dans des écosystèmes à plus de 4 000m d’altitude. Va-t-elle résister aux conditions de Mars ? La réponse à cette question devrait être connue à partir du mois de mars, lors de la publication des premiers résultats.

« L’idée de faire pousser de la nourriture pour des colonies humaines dans l’espace pourrait être une réalité dans très peu de temps », estime Chris McKay, scientifique de la NASA. De son côté, Joel Ranck, directeur de la communication du CIP, déclare que « Si nous pouvons faire pousser des pommes de terre dans des conditions extrêmes comme celles de Mars, nous pouvons sauver des vies sur Terre ».

Dans le cas de Mars, la pomme de terre serait une nourriture produite sur place qui permettrait d’alléger les vaisseaux spatiaux. Sur Terre, la patate pourrait être un aliment qui assurerait la sécurité alimentaire même lorsque le climat se sera complètement déréglé suite aux bouleversements provoqués par le réchauffement climatique.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentHuawei compte détrôner Samsung et Apple sur le marché des smartphones
Article suivantCES 2016 : une sensibilité de 3 280 000 ISO pour le Nikon D5

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here