Plus de la moitié des Français souffrent d’amnésie numérique !

Si vous ne vous rappelez pas du numéro de téléphone de votre conjoint ou de vos enfants, c’est que vous faites partie de la moitié des Français qui souffrent d’amnésie numérique.

Si vous avez déjà prononcé des phrases du style « c’est quoi le numéro des enfants ? » ou « j’ai déjà cherché sur Google… mais je ne me souviens plus du résultat », c’est que vous souffrez d’amnésie numérique. Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul, ce mal touche plus de la moitié des Français.

Un des effets pervers de la démocratisation des smartphones et tablettes et que leurs utilisateurs deviennent incapables de se souvenir d’un numéro de téléphone, même celui de leur enfant ou de leur conjoint. Ce phénomène est appelé « amnésie numérique ».

D’après une étude réalisée par le cabinet de sécurité informatique Kaspersky, environ un tiers des Français ne se souvient pas du numéro de leur conjoint, alors que seulement 48% ont oublié le numéro du domicile où ils vivaient lors de leur adolescence.

En fait, cette amnésie numérique est le fait de ne plus faire travailler sa mémoire et d’appuyant sur « les informations conservées dans un appareil numérique ».

Ainsi, cette étude fait ressortir que 58% des Français ne connaissent pas le numéro de téléphone de leur enfant, 51,5% celui de leur propre travail.

« Notre incapacité croissante à nous souvenir des numéros importants parce qu’ils sont juste à un clic de distance nous laisse extrêmement vulnérables dans le cas où le dispositif est perdu ou volé, ou les données compromises », relèvent les auteurs de cette étude.

Ils font aussi apparaitre que le phénomène de l’amnésie numérique touche uniformément les hommes et les femmes, et qu’il existe dans toutes les tranches d’âge.

L’étude cite aussi le Dr Katryn Mills, du département de Neuroscience de l’University College de Londres, qui déclare : « L’acte de mémorisation est une compétence et son importance dans notre boîte à outils cognitive dépend du degré de pertinence qu’il revêt pour nous dans le fait de naviguer efficacement dans notre monde ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFeu vert pour une pyramide de 180 mètres de haut à Paris
Article suivantiTunes : il faut passer à la version 12.2

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here