Pratiquement tous les oiseaux marins auront avalé du plastique d’ici 2050

En 1960, moins de 5% des oiseaux marins avaient avalé du plastique. Ils étaient 90% en 2012 et ils seront 99% en 2050, c’est le constat alarmant fait par une étude scientifique.

C’est une étude de l’Académie nationale américaine des sciences (PNAS) qui révèle que les oiseaux marins sont au premier rang des victimes de la pollution.

Au début des années 1960, moins de 5% des oiseaux marins à travers le monde avaient ingurgité du plastique. L’étude réalisée entre 1962 et 2012 révèle que ce pourcentage est désormais passé à 90% !

« Les estimations, basées sur des observations historiques, montrent qu’environ 90 % des oiseaux marins ont déjà avalé du plastique », explique Chris Wilcox, chercheur à l’Agence nationale australienne pour la science (CSIRO).

« Pour la première fois, nous disposons d’une prévision globale montrant à quelle échelle la pollution au plastique peut avoir des répercussions sur les espèces marines et les résultats sont frappants », ajoute le chercheur qui a participé à l’étude.

Mais là où cela devient particulièrement grave, c’est qu’il est estimé que 99%, soit pratiquement tous les oiseaux marins, auront ingéré du plastique d’ici à 2050.

Les scientifiques expliquent que la pollution au plastique représente un réel danger pour les oiseaux, ils confondent leur surface colorée avec des aliments. Une fois qu’ils ont ingéré des plastiques, ils peuvent développer des maladies ou mourir.

Les auteurs de cette étude se veulent optimistes même si la menace est géographiquement étendue, généralisée et progresse rapidement. Selon eux, « une gestion efficace des déchets peut réduire cette menace ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRenault : plus de puissance pour la nouvelle Megane RS
Article suivantToyota offre le pack de sécurité Safety Sense à tous ses clients

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here