Quelles sont les évolutions du marché des smartphones, tablettes, PC hybrides…

On sait que le marché des tablettes stagne alors que celui des smartphones est toujours en plein boom. Quelles sont les évolutions du marché du high-tech ?

Selon les résultats de la dernière étude de Gardner, les principales tendances des marchés high-tech se maintiennent avec un tassement des ventes de tablettes, des ventes de PC à la traine et des smartphones qui ont toujours le vent en poupe.

Alors que les ventes de tablettes, de smartphones et de PC représenteront quelque 2,4 milliards d’unités en 2014, soit une progression de 3,2% par rapport à l’année dernière, tous les marchés ne sont pas sur le même pied d’égalité.

C’est par exemple le cas des tablettes dont la chute des ventes s’accélère sous la pression des hybrides et l’émergence des phablettes.
Il en va de même sur le segment des PC alors que la mobilité devient de rigueur. Là aussi, ce sont les portables et les hybrides qui en profitent.

Alors que le marché des smartphones continue à flamber, celui-ci devient tout de même plus complexe avec une poussée des smartphones à bas prix (+52%) alors que les autres segments commencent à s’essouffler. Autre signe des temps, les smartphones commencent sérieusement à remplacer les features phones en représentant près de 50% des marchés des téléphones mobiles en 2014, 90% d’ici 2018.

À l’opposé, Gardner considère que le marché du haut de gamme est appelé à décliner à court terme, sous la poussée d’appareils moins chers tout aussi performants, mais surtout du fait que ce segment est arrivé à maturité dans les pays développés.

De fait face à l’émergence des constructeurs chinois, le marché de la mobilité sera amené à passablement évoluer dans les mois et années à venir.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentKazam : 5,15 mm d’épaisseur pour le Tornado 348
Article suivantDe l’humour pour lancer la campagne promotionnelle d’Android L

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here