Qu’est-il arrivé à la sonde martienne Beagle 2 ?

C’est le jour de Noël 2003 que la sonde Beagle 2 aurait dû se poser sur Mars. Depuis, plus de nouvelle. Une séance d’information est prévue pour en dire plus au sujet de cette mystérieuse disparition.

Qui se rappelle de Beagle 2 ? Il s’agissait de la première sonde britannique envoyée sur une autre planète. C’est le jour de Noël 2003 qu’elle aurait normalement se poser à la surface de Mars dans le but de réaliser des expériences pour détecter des signes de vie extraterrestre.

Cette mission spatiale était unique, car en grande partie financée par des dons privés et de l’argent récolté lors de campagnes promotionnelles. Malgré son petit budget, Beagle 2 embarquait certains matériels sophistiqués, des éléments technologiques miniaturisés qui seront utilisés sur ExoMars, le rover européen qui sera envoyé vers Mars en 2018. La sonde était par exemple équipée d’un bras robotisé rattaché à une plateforme d’instruments, une de ses pattes avait une paire de caméras stéréoscopiques, un microscope, deux types de spectromètres et une torche.

Beagle 2 était également équipé pour la collecte des roches et des échantillons de sol, ainsi que d’un four pour obtenir et analyser leur gaz, un système similaire à celui qui est embarqué par la sonde Philae qui a atterri sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko.

Alors que Beagle 2 aurait dû se poser dans une région équatoriale de Mars nommée Isidis Planitia, la sonde martienne britannique a mystérieusement disparu alors qu’elle tentait son atterrissage sur la planète rouge.

À l’époque, il avait été supposé que la sonde s’était perdue dans un cratère, dans l’impossibilité de pouvoir communiquer. Alors que toutes les spéculations sont bien évidemment possibles, il est aussi imaginé qu’elle ait pu s’écraser à son impact avec la surface de la planète.

Histoire de peut-être lever le voile sur cette interrogation, l’Agence spatiale britannique a convoqué une séance d’information pour le vendredi 16 janvier 2015. « Il y a beaucoup de spéculations, mais nous ne pouvons pas dire quoi que ce soit à l’heure actuelle », déclare un porte-parole en affirmant que l’agence refuse de dévoiler quoi que ce soit avant la réunion, une réunion qui est présentée comme « une mise à jour » de la mission de Beagle 2.

Pour rappels, le système d’atterrissage de Beagle 2 était composé d’un seul parachute et de plusieurs airbags censés amortir la chute. Un essai complet avant le lancement avait révélé de graves problèmes de dysfonctionnement qui avaient obligé un redésigne complet des parachutes juste avant le lancement, des problèmes potentiellement si graves que l’ESA avait failli ne pas embarquer l’atterrisseur.

Principal instigateur de cette mission, le professeur Colin Pillinger avait réclamé des images de la surface martienne en 2005 dans l’espoir de découvrir ce qu’il était advenu de Beagle 2. Celui-ci est décédé en mai de l’année dernière, sans connaitre le fin mot de ce mystère.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentXiaomi : deux nouveaux smartphones au bon rapport équipement/prix
Article suivantPatch Tuesday : début d’année en douceur pour Microsoft

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here