Ranking : est-ce que la justice obligera Google à divulguer son secret ?

Très impliqué dans le dossier antitrust ouvert en Europe contre les pratiques de Google en matière de recherche en ligne, le ministre allemand de la Justice estime qu’imposer à Google de révéler le secret de son fameux ranking pourrait être l’ultime recours.

Est-ce que la justice européenne poussera un jour Google à révéler son ultime secret, le secret de son fameux ranking ? L’hypothèse ne semble pas si farfelue que cela vu que le ministre allemand de la Justice considère cette option comme le dernier recours possible contre le géant de l’internet.

Très impliquée dans le dossier antitrust ouvert en Europe contre les pratiques de Google en matière de recherche en ligne, l’Allemagne insiste sur la trop forte domination imposée par la firme de Mountain View. Alors que la Commission européenne a récemment exigé de nouvelles concessions de la part de Google, ce dossier est encore loin d’être bouclé.

Considérant qu’il pourrait s’agir de « la » concession ultime qui pourrait être demandée à Google, le ministre allemand de la Justice, Heiko Maas, estime qu’exiger la transparence du moteur de recherche sur son algorithme doit être envisagée, même s’il s’agit d’un secret industriel. C’est à cause d’une domination du marché européen estimée entre 90 et 95% que Heiko Maas estime qu’une telle hypothèse ne peut pas être exclue., « d’une dernière chance lorsqu’un moteur de recherche possède un tel impact sur le développement économique ».

Face à une telle pression, est-il réellement envisageable que Google livre le moindre détail sur son algorithme de recherche ? Cela semble à priori plus qu’improbable, mais est-on jamais sûr ?

Un ministre allemand souhaite que Google livre son plus grand secret
Un ministre allemand souhaite que Google livre son plus grand secret

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentCheetah : un robot aussi agile qu’un vrai guépard
Article suivantLe plus grand dinosaure carnivore de tous les temps était semi-aquatique

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

3 Commentaires

  1. C’est du grand n’importe quoi ! Je ne vois d’ailleurs pas en quoi Google aurait obligation à livrer les résultats de ses travaux de recherche donc la technologie employée pour son activité.
    On croit rêver…

  2. Y a bien que les politiques pour ne pas comprendre comment marche Google !
    Aucun secret dans l’algorithme, par contre une puissance de calcul inaccessible aux capitaux communs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here